En Russie, le boom de la demande pour le meldonium

Donat Sorokin / TASS
Suite au scandale de dopage ayant éclaboussé Maria Sharapova, les ventes de médicaments contenant du meldonium ont crû d’environ 50%. Les pharmacies situées dans l’enceinte de la Douma sont parmi les premières à avoir été confrontées à ce phénomène.

« Avant, on ne commandait qu’une boîte de ce médicament, là on n’arrive plus à suivre la demande », explique une employée du kiosque pharmaceutique situé dans l’enceinte de la Douma (chambre basse du parlement russe) à l’agence Interfax.

La pharmacienne convient que la demande pour ce médicament peut être qualifiée d'élevée. Elle explique que le meldonium est particulièrement demandé depuis le scandale de dopage.

Les employés d’autres pharmacies confirment la tendance. Ainsi, la hausse des ventes de meldonium dans l’une des plus grandes chaînes russes, Rigla, a atteint 50% pour les dix premiers jours de mars 2016 (par rapport à la même période en 2015), a expliqué le PDG du groupe Alexandre Filippov, à l’agence RBC. Les ventes de Mildronate (l’un des médicaments contenant du meldonium) chez ASNA, une autre grande chaîne, étaient dans la moyenne début mars, mais ont été multipliées par cinq le 9 mars, indique le PDG de la chaîne Alexandre Chichkine à RBC.

Selon l’agrégateur pharmaceutique Medlux.ru, le prix d’une boîte de Mildronate dans les pharmacies de Moscou et de la région s’élève à 300 roubles (3-4 euros) maximum.

Actuellement, le médicament n’est vendu que sur ordonnance. Cependant, la neurologue Irina Vostrikova explique que le meldonium ne fait pas l’objet d’un contrôle strict et, encore récemment, ne nécessitait pas de prescription obligatoire. De ce fait, il n’est pas exclu que de nombreuses pharmacies puissent le vendre sans ordonnance.

Le médecin souligne que le meldonium est un médicament favorisant le métabolisme n’ayant pas d’effet important sur l’organisme. Son utilisation sans usage spécial n’est pas nocive pour la santé. « Il est souvent prescrit en cas de fatigue, de problèmes de circulation cérébrale et de maladies cardio-vasculaires, mais l’utilisation du meldonium ne produit aucun effet narcotique », explique Vostrikova.

Qui achète du meldonium ?

« À en juger par mes contacts sur les réseaux sociaux, le médicament intéresse les sportifs amateurs, ainsi que les amateurs d’alcool : suite aux déboires de Sharapova, ils se sont renseignés sur le médicament et ont décidé de l’essayer », nous raconte Dmitri Stepanov, entrepreneur d’Oulianovsk.

Irina Vostriakova explique que le meldonium produit le même effet sur la gueule de bois et l’alcoolisme qu’un goutte à goutte de glucose – il normalise le métabolisme énergétique de l’organisme.

« Suite au scandale de dopage, la demande pour le meldonium a augmenté en flèche – elle a été multipliée par 5-7 », explique Dmitri Orekhov, directeur du développement stratégique de la chaîne Gorzdrav.

« Si auparavant, il était acheté par un cercle restreint de spécialistes, désormais, il est demandé par ceux qui recherchent simplement son effet pharmaceutique. C’est-à-dire des personnes sujettes aux maladies cardiaques ou pratiquant activement le sport », ajoute l’expert. « J’ai le sentiment que cette demande restera élevée pendant longtemps ».

Le meldonium a été créé dans les années 1970 en Lettonie et était initialement utilisé pour contrôler la croissance des plantes et stimuler la croissance des animaux et de la volaille. Dans les années 2000, après des tests cliniques, il a été reconnu comme efficace pour la prévention des maladies ischémique du cœur et l’amélioration de la circulation cérébrale, ainsi que pour le traitement du sevrage en cas d’alcoolisme. Le médicament n’est certifié que dans les pays de l’ex-URSS, où il est vendu sans ordonnance.

Article partiellement préparé avec des publications de RBC.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.