Les compagnies aériennes internationales renouent avec la Russie

Les avions de la compagnie aérienne Delta Airlines.

Les avions de la compagnie aérienne Delta Airlines.

Vostock-Photo
Pour les experts, la tendance s’explique principalement par la stabilisation progressive de la Russie et par la disparition de la deuxième plus grande compagnie russe, Transaero.

La compagnie américaine Delta Airlines rétablira ses vols à destination de la Russie à partir du 16 mai, a déclaré le représentant général de Delta Airlines en Russie Leonid Tarassov, cité par l’agence d’information TASS. En décembre 2015, la compagnie avait suspendu ses vols réguliers pour la Russie.

Pour le moment, Delta n’a pas fait de calculs concrets du taux d’occupation, car tout dépendra du niveau de la demande effective pour les destinations nord-américaines l’été prochain, explique Tarassov.

« La baisse du cours du rouble, survenue au cours des deux dernières années, et sa stabilisation actuelle, rendent la Russie de plus en plus attractive pour les touristes étrangers », explique Alexeï Kalatchev, analyste chez Finam. Il précise que ceci est indirectement attesté par le fait que la compagnie américaine Delta n’affiche pas de projets à long terme, mais se contente de rétablir les vols saisonniers.

Principales raisons

Outre Delta Airlines, Thai Airways envisage de reprendre les vols en Russie en automne, informe le périodique thaïlandais Nation. Selon le journal, la reprise des vols coïncide avec le début de la haute saison touristique en Thaïlande en octobre.

Le principal transporteur tchèque, Czech Airlines, envisage lui aussi d’augmenter prochainement le nombre de vols vers la Russie, selon le quotidien économique russe Kommersant

« Le retour des compagnies étrangères était attendu », explique Emile Martirossian, professeur associé de l’Institut d’économie de l'Académie présidentielle russe d'économie nationale et d'administration publique.

Il souligne trois causes. Primo, malgré la situation politique critique, la demande pour les principales destinations internationales reste insatisfaite ; secundo, les compagnies aériennes étrangères utilisent la Russie comme zone transit pour leurs vols transcontinentaux ; tertio, les entreprises étrangères s’intéressent toujours autant aux régions russes.

« La relative stabilisation qui s’ébauche dans l’économie russe permet aux compagnies étrangères de croire que le pays a atteint un palier plus ou moins solide dont on peut partir », explique Alexeï Kalatchev. Ainsi, Czech Airlines lancera, fin avril, des vols entre Prague et Kazan (à 800 km à l’est de Moscou) et entre Prague et Oufa (à 1340 km à l’est de Moscou).

Bataille pour les parts de marché

Les transporteurs étrangers sont également attirés par la consolidation du marché intérieur. Les vols directs entre Moscou et New York ne sont actuellement assurés que par la compagnie nationale russe Aeroflot. D’après les rapports d’Aeroflot pour 2015, les recettes de la compagnie pour les vols à destination des Etats-Unis ont crû de 25,1% pour atteindre 19,8 milliards de roubles (253,7 millions d'euros).

Pour Emile Martirossian, cela s’explique par la disparition du deuxième transporteur du pays, Transaero. Au 1er octobre 2015, le principal concurrent intérieur d’Aerflot a perdu la possibilité de vendre des billets, puis a interrompu les vols pour cause de problèmes financiers. La dette globale de Trasaero est estimée à 260 milliards de roubles (3,3 milliards d'euros).

Martirossian explique que la niche ainsi libérée sera occupée par Aeroflot. Toutefois, les opérateurs étrangers pourront récupérer des parts de marché sur les destinations transfrontalières.

« Les compagnies étrangères ne parviendront sans doute pas à récupérer leur part de marché d’antan, car le pouvoir d’achat des clients potentiels ne se rétablira pas aussi vite que souhaité », avertit Alexeï Kalatchev. Cependant, il estime que les transporteurs aériens qui reviennent parviendront tout de même à occuper une part de marché relative.

Outre Delta Airlines, d’autres grandes compagnies étrangères ont interrompu en 2015 leurs vols à destination de la Russie. Les vols directs vers Moscou ont été suspendus par la compagnie allemande Air Berlin, tandis que Lufthansa et Finnair ont considérablement réduit le nombre d’itinéraires desservis. Par ailleurs, la compagnie britannique low-cost Easyet ne desservira plus Moscou à partir du 21 mars 2016. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.