L’avion russe SuperJet 100 met le cap sur la France

Le 16 juin 2009, Paris. Un Sukhoï Superjet 100 participant à un vol de démonstration au salon de l'aéronautique et de l'espace du Bourget.

Le 16 juin 2009, Paris. Un Sukhoï Superjet 100 participant à un vol de démonstration au salon de l'aéronautique et de l'espace du Bourget.

Marina Lystseva/TASS
Air France pourrait exploiter dès cette année des avions russes Sukhoï SuperJet 100 (SSJ100). Il prévoit de louer plusieurs appareils à la compagnie aérienne irlandaise CityJet qui attend la livraison de plusieurs SSJ100 au mois de mai, a annoncé une source proche des négociations.

« CityJet est en négociations avec Air France au sujet de vols ACMI (qui permettent de louer un appareil avec l’assurance et de la maintenance). Dès que CityJet recevra les premiers SSJ100, elle les remettra à Air France en location ACMI », indique-t-on de même source.

« C’est une bonne nouvelle pour l’avion. Plus tard, lorsque le SuperJet 100 aura été homologué pour l’aéroport de Londres-City, CityJet effectuera des vols jusqu’à cet aéroport également », a poursuivi l’interlocuteur du journal Gazeta.ru, ajoutant qu’il ne saurait préciser le nombre d’appareils que pourrait affréter Air France.

A la fin de l’année dernière, la société russe Avions civils Sukhoï (GSS) et CityJet ont signé un accord prévoyant la livraison de quinze SSJ100 et dix en option. Nazario Cauceglia, directeur général de SuperJet international (société mixte de Sukhoï et de l’Italien Alenia-Finmeccanica), a annoncé au Salon aéronautique de Bahreïn que le contrat sur la commande ferme de quinze SSJ100 à la compagnie irlandaise serait finalisé en février 2016.

La société GSS a annoncé précédemment que son avion serait autorisé à voler à Londres-City (d’où CityJet effectue ses vols) d’ici la fin 2016. En effet, la longueur de l’unique piste de cet aérodrome ne fait que 1508 mètres, alors que, selon les données techniques, le SuperJet doit disposer d’une piste de 1731 à 2052 mètres.

« Le Sukhoï SuperJet est un avion régional, destiné aux vols de courte distance. En France, on trouve un grand réseau de petits aéroports pouvant accueillir le SuperJet. À cette fin, il constituera une solution optimale. Il cède aux autres avions en termes de capacité en passagers. Et c’est là son atout : on peut garantir un remplissage optimal des vols » Sergueï Martirossian, chef du portail d’information Aviator.ru

Le président exécutif de CityJet, Pat Byrne, a déclaré en décembre dernier que lorsque sa compagnie avait commandé des SSJ100, elle avait reçu des demandes de location ACMI pour des vols régionaux de la part de deux grandes compagnies aériennes.

Il s’est avéré impossible d’obtenir les commentaires d’Air France tout comme ceux de CityJet. GSS s’est refusé à commenter la nouvelle.

D’après des informations de GSS, 64 Superjet 100 sont exploités actuellement, notamment par les russes Aeroflot (26 appareils) et Gazpromavia (10 appareils) et le mexicain Interjet (19 appareils). Cette année, GSS prévoit de fabriquer 20 SSJ100 et d’en livrer 31.

Texte original publié sur le site de Gazeta.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.