Mir, la nouvelle carte bancaire russe

Crédit : Sergueï Fadeïtchev / TASS

Crédit : Sergueï Fadeïtchev / TASS

Les autorités ont dévoilé le prototype de la nouvelle carte de paiement russe - dix banques ont déjà affiché leur intérêt. Selon les experts, le lancement de la nouvelle carte demandera plusieurs années, mais le soutien de l’Etat pourrait accélérer le processus.

Les autorités russes ont présenté le 29 mai à Moscou le prototype de la nouvelle carte de paiement nationale, rapporte le quotidien économique russe Kommersant. Son nom sera Mir (terme signifiant « Paix » ou « Monde » en français) et devrait être lancée à grande échelle dès 2016.

Lors de la présentation, la directrice adjointe de la Banque centrale Olga Skorobogatova a souligné que le système américain MasterCard et le japonais JCB avaient déjà témoigné un intérêt pour le nouveau système. Parmi les futurs partenaires, selon elle, les créateurs de la nouvelle carte étudient les systèmes des pays du BRICS.

« Le rythme auquel est créé ce système est très élevé, et on rencontre donc déjà différentes sortes de problèmes techniques, ajoute Ilya Balakirev, analyste en chef chez UFS IC. Dans le même temps, il ne sera pas possible de savoir aussi rapidement si la population va soutenir ce nouveau moyen de paiement ».

Premiers résultats

Le lancement de cette carte de paiement s’inscrit dans un vaste programme visant à créer un système financier autonome en Russie. Suite à l’adoption de sanctions américaines sur fond de crise ukrainienne, les systèmes internationaux avaient cessé de traiter les paiements réalisés avec des cartes émises par les banques touchées par les sanctions.

Pour éviter la répétition d'un tel scénario, un nouveau système de paiement national permettant de traiter les transactions à l'intérieur de la Russie a été lancé le 1er avril 2015. Ses analogues internationaux Visa et MasterCard s'y sont ensuite rattachés. Le lancement des cartes liées au système de paiement russe constitue la prochaine étape de la réforme.

« L'idée de créer des cartes bancaires nationales n'est pas directement liée aux sanctions. Bien que l'activation de ce processus ait commencé après l'introduction de ces mesures, ce thème était discuté auparavant de manière plus ou moins active. Le passage au régime de sanctions a donc au moins renforcé l'actualité de la création d'un système de paiement intérieur », estime Dmitri Bedenkov, directeur du département analytique chez Rus-Invest.

D'après la Banque centrale de Russie, dix banques sont d’ores et déjà prêtes à émettre cette nouvelle carte, y compris la Banque Rossiya - touchée par les sanctions - et les institutions de crédit de Crimée. Seul bémol, la promotion des banques soumises aux sanctions au moyen de la nouvelle carte (co-branding) est exclue.

Selon Anton Soroko, analyste du fonds d'investissements Finam, la création d'une carte en plastique est un processus peu onéreux, sans comparaison avec d'autres dépenses des organisations de crédit comme le marketing ou le versement des salaires.

Principaux obstacles

« Il faudra encore plusieurs semaines au minimum pour que le prototype du système de paiement destiné à la carte bancaire Mir passe les tests et affiche des résultats convaincants », affirme Vassili Yakimkine, doyen de la faculté des finances et des affaires financières auprès de l'Académie russe de l'économie nationale.

Selon l'expert, conclure des contrats avec des systèmes de paiement internationaux comme Visa, MasterCard ou le chinois China UnionPay pourrait accélérer le processus.

Comme le souligne Ilya Balakirev, le secteur des systèmes de paiement est très sensible à la régulation, et le soutien de l’Etat peut jouer un rôle très important. En particulier, le gouvernement pourrait selon lui contraindre les compagnies publiques à utiliser les cartes bancaires Mir et entraîner ainsi dans leur sillage beaucoup de grandes entreprises.

Enfin, Ilya Balakirev souligne que le leader du marché étant aujourd'hui Visa, les autres systèmes de paiement internationaux sont particulièrement intéressés par des produits co-brandés, qui leurs apportent des avantages certains sur le marché. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.