La Russie construira un gazoduc en Macédoine

Crédit : Shutterstock / Legion-Media

Crédit : Shutterstock / Legion-Media

La compagnie Stroytransgaz, qui devait assurer la construction du tronçon bulgare de South Stream, s’est rabattue la construction d’un gazoduc en Macédoine, après que la Russie a renoncé à ce projet. À l’avenir, le gazoduc devrait être relié à Turkish Stream.

Le quotidien Kommersant a appris que la compagnie Stroytransgaz avait lancé la construction du tronçon Klečevce — Negotino en Macédoine pour un montant de 75 millions de dollars environ. Précédemment, la compagnie devait assurer la construction du tronçon bulgare de South Stream, auquel la Russie a renoncé en raison d’un différends avec l’UE.

Le projet macédonien avait survécu, même s’il devait également faire partie de South Stream. En fin de compte, il pourrait relier le système de transport de gaz du pays à la Grèce, permettant à la Macédoine, la Serbie, la Hongrie et l’Autriche de s’approvisionner en gaz via Turkish Stream, venu remplacer South Stream.

Les premiers travaux de construction pourraient être lancés dès le mois de mars. Il s’agit, dans un premier temps, du gazoduc Klečevce — Negotino d’une longueur de 61 km et de 508 mm de diamètre, permettant d’acheminer le gaz jusqu’à la ville de Štip. La construction devrait être achevée en un peu plus d’un an, le gazoduc devrait ensuite être prolongé jusqu’à la centrale électrique de Negotino, permettant à celle-ci de remplacer le mazout par du gaz.

Par la suite, 60 km supplémentaires de gazoduc devraient être construits afin de le relier au système de transport de gaz grec. Stroytransgaz qualifie le projet de « prometteur », et précise que « la phase préparatoire portant sur l’évaluation des capacités et des moyens » est en passe d’être finalisée.

Le coût du chantier est estimé à environ 75 millions de dollars. La Macédoine ne versera que 15 millions de dollars, les travaux restants seront financés par la dette de l’ex-URSS vis-à-vis de la Yougoslavie (une partie des droits a été héritée par Skopje). L’accord correspondant a été signé en 2010 par la banque russe VEB et la Banque populaire de Macédoine, alors qu’en juillet 2014, Stroytransgaz et la compagnie Ressources énergétiques de Macédoine ont signé l’accord de construction.

Le gazoduc permettra d’accroître les livraisons du gaz russe à la Macédoine. Actuellement, le pays reçoit le gaz russe via la Bulgarie dans le cadre du transit via l’Ukraine. Alexeï Grivatch, du Fond de sécurité énergétique nationale, estime que compte tenu des réticences de Moscou à utiliser la Bulgarie comme pays de transit suite à l’échec de South Stream, le gazoduc traversant la Macédoine reste, dans les faits, la seule option permettant d’approvisionner la Serbie et de conserver la distribution actuelle des flux de gaz russe dans la région via la plateforme autrichienne de Baumgarten.

Alexeï Grivatch pense que le souhait de la Macédoine d’assurer la liaison avec le système de transport de gaz grec est logique, car cela garantirait un approvisionnement régulier en combustible indépendamment du sort du transit via l’Ukraine. 

Article complet : Kommersant.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.