Le Luxembourg, la République tchèque et Cuba prêts à investir dans l’oblast de Nijni Novgorod

Crédit : service de presse

Crédit : service de presse

La troisième édition du Sommet d’affaires international s’est achevée à Nijni Novgorod. À l’issue du forum, dont le thème central était « Investir dans l’avenir », les parties ont signé des contrats pour 1,35 milliard d’euros (70 milliards de roubles). Les entreprises de l’oblast seront développées par des compagnies luxembourgeoises, émiraties, cubaines…
International Business Summit Nizhny Novgorod En partenariat avec le Sommet international d'affaires

L’oblast de Nijni Novgorod renforce chaque année sa coopération avec les entrepreneurs étrangers. Cette année, plus de 8 000 participants venus de 55 régions russes et 50 pays étrangers, notamment le Japon, l’Iran, le Qatar, Cuba, le Mexique, la Belgique, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, ont pris part au Sommet.

L’importance du troisième Sommet d’affaires international à Nijni Novgorod a été soulignée par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov : « Tout d’abord, il s’agit d’une des régions les plus dynamiques de Russie. C’est la première région russe en termes de production industrielle et d’exportations de produits de haute technologie. La région utilise l’une des formes les plus efficaces de travail avec les entreprises et les milieux d’affaires étrangers – les forums régionaux ».

« Le principal mérite de ce sommet est sa grande valeur pratique. J’espère que ceux qui sont venus cette année reviendront l’année prochaine et que le chemin entre l’idée et sa réalisation ici sera plus court », a déclaré le gouverneur de l’oblast de Nijni Novgorod Valeri Chantsev.

Les secteurs qui attirent les investisseurs étrangers

« Notre objectif principal aujourd’hui est de rechercher de nouveaux marchés en mettant l’accent sur les biens manufacturés et non les matières premières. L’oblast de Nijni Novgorod pourrait justement devenir une bonne plateforme pour le développement de ce secteur car ici, l’industrie, l’ingénierie mécanique et la construction navale sont très développées », expliqué Oleg Gochtchanski, président de KPMG Russie et CEI.

Le montant global des investissements dans le cadre des contrats signés à l’occasion du troisième sommet d’affaires s’élève à 1,35 milliards d’euros (70 milliards de roubles), soit environ un quart du budget actuel de l’oblast. Par conséquent, la réalisation de tous ces projets offrira une assiette fiscale solide à la région et, bien entendu, créera de nouveaux emplois.  

Un accord crucial a été signé avec le groupe luxembourgeois E-Lux Net S.A. Il prévoit d’enrichir le secteur agricole de nouvelles terres pour la culture de céréales et d’aliments pour le bétail, et porte sur la production de colza, la création d’unités de traitement primaire et de stockage de produits agricoles basés sur la localisation et les moyens logistiques disponibles, le traitement de la pâte de bois, la production d’engrais et de granulés de bois (combustible écologique fabriqué à partir de résidus de scieries, ndlr), la création d’un centre de formation pour les cadres et le personnel technique des entreprises agricoles.

L’oblast de Nijni envisage de développer sa coopération avec la République tchèque et Cuba dans le domaine de l’ingénierie mécanique. « Je suis venu dans l’oblast de Nijni Novgorod plus de 20 fois, je me sens comme chez moi ici. La région est un centre d’ingénierie reconnu dans le monde entier, nous envisageons d’éteindre notre collaboration à d’autres secteurs, notamment la construction », a déclaré l’ambassadeur de la République tchèque Vladimír Remek. Rappelons que la filiale russe de la société tchèque PSJ est le maître d’œuvre pour la construction du nouveau terminal passager à l’aéroport de Nijni Novgorod Striguino.

Quant aux partenaires cubains, ils collaborent avec l’usine automobile Gorki et ont, notamment, décidé de créer un centre de maintenance d’équipements automobiles russes et de vente de voitures à Cuba. Par ailleurs, l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Cuba en Russie Emilio Ratmir Garcia Losada a proposé au gouverneur (par intérim) de l’oblast Valeri Chantsev de lancer un vol direct entre Nijni Novgorod et la Havane.

De nombreux représentants de missions d’entreprises internationales ont pris part au sommet d’affaires international pour la première fois.

Par exemple, il s’agissait de la première visite des représentants des Emirats arabes unis, pays qui enregistre une croissance conséquente des échanges avec la Russie. « Malheureusement, nous connaissons mal le territoire russe en dehors de Moscou. Avec votre aide, nous sommes en train de combler cette lacune. L’oblast de Nijni Novgorod est une région industriellement très importante qui combine potentiel industriel et beauté naturelle. Le sommet d’affaires renforcera, sans aucun doute, les relations économiques, mais aussi politiques entre nos deux pays », a déclaré l’ambassadeur de la Ligue arabe en Russie Jalal Machta.  

« Les investisseurs arabes sont assez prudents », explique Roman Gavriline, membre du Conseil d’administration du Conseil des entrepreneurs russes aux Emirats arabes unis. « Souvent, les entreprises russes arrivent sans projets concrets, avec des phrases bateaux comme « chez nous tout ira très bien et vous ferez des profits », « investissez dans notre région et vous amasserez des fortunes », ils apportent rarement des projets articulés ». Aussi, le principal objectif du sommet était de présenter un exemple positif de coopération, de montrer que tout est possible, tout marche.

Il faut noter que dans un contexte de tensions entre la Russie et l’Union européenne, de nombreux de représentants de pays étrangers se sont rendus au sommet. « Cela montre l’intérêt des investisseurs potentiels vis-à-vis de notre pays, ce qui permettra de donner un nouvel élan au développement de l’économie russe », a précisé le Président de l’Assemblée législative de l’oblast de Nijni Novgorod Evgueni Lebedev.  

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.