Pourquoi les plus grandes banques russes sponsorisent la location de vélos à Moscou

Crédit photo : PhotoXPress

Crédit photo : PhotoXPress

Les principales banques russes, Sberbank et Bank Moskvy, vont accorder 12,6 millions d'euros à la création d'un système de location de vélos dans la capitale russe. Ils copient en l'occurrence l'expérience de Citibank, qui avait créé un service similaire à New York. Mais la location de vélos se heurte aux mêmes problèmes en Russie qu'aux États-Unis : l'absence de voies cyclistes et le trafic automobile.

Publicité hors norme

 Fin mai 2014, la mairie de Moscou a lancé un appel d'offres pour la création d'un système de location de vélos. Le contrat comportera deux lots. Le premier concerne les dépenses nécessaires à la création d'une infrastructure de location : le montant initial du contrat est de 9,4 millions d'euros.

Par ailleurs, 12,6 millions d'euros seront consacrés à l'achat de 4 500 vélos et à la mise en place de 300 points de location. Ces fonds seront déboursés par les plus grosses banques russes, Bank Moskvy et Sberbank. Les banques ne recevront aucun bénéfice, mais chaque vélo arborera leurs logos, et le réseau de location intégrera ainsi leur stratégie publicitaire.

« Ce type de schéma a été expérimenté pour la première fois par Citibank à New York, où les vélos bleus arborent la gamme de couleurs de la banque et ont été baptisés Citibike. En 2013, Bank Moskvy a littéralement copié cette idée et a lancé un système de location à Moscou. Même le nom de la filiale a été copié : Citibayk. Le système a eu du succès, et Sberbank s'y associe désormais », explique le directeur exécutif de la société d'investissement ZIP Realty, Evgueni Skomorovski.
 
De fait, le premier système de location a ouvert à Moscou le 1er juin 2013 : la mairie a proposé aux moscovites de passer des voitures aux vélos afin de faire diminuer les embouteillages. La phase de test a été financée par Bank Moskvy, pour un montant de 2,1 millions d'euros. Les vélos ont été livrés par la société tchèque Homeport, et le système a été géré par la filiale de Bank Moskvy Citibayk.

En un an, d'après les autorités municipales, 46 500 personnes ont utilisé les vélos, pour un total de 66 500 trajets. La bille a donc décidé d'élargir le projet. La capitale russe sera à la troisième place d'Europe en termes de nombre de vélos (4 500), derrière Londres (8 000) et Paris (14 000). A noter que l'opérateur actuel, Citibank, prendra part au nouvel appel d'offres.
 
Les Moscovites se déplaceront sur des vélos relativement lourds, d'un poids de 21 kg, équipés d'un boîtier électronique possédant un clavier. Actuellement, le paiement ne peut être effectué qu'au travers d'un terminal à l'endroit de la location.

Avec le nouveau système, il sera possible de payer en approchant sa carte du boîtier sur le guidon ou en insérant un code reçu par Internet. Une location de deux heures coûtera 2,5 euros, et ce sera gratuit lorsque le trajet sera inférieur à 30 minutes.

Obstacles essentiels

 D'après les experts, les obstacles essentiels qui gênent le développement de la location de vélos à Moscou sont les mêmes qu'à New York : l'absence de voies cyclistes et le trafic automobile. Ainsi, la création de voies cyclistes n'a été évoquée par la Ville que cette année.

« Nous avons commencé à construire des voies cyclistes à l'occasion de la reconstruction sur les voies principales », a déclaré aux journalistes le maire de Moscou Sergueï Sobyanine en mai 2014. C'est pourquoi, d'après le spécialiste d'UFS IC Maxime Vokov, les perspectives d'un système de location de vélos à Moscou sont extrêmement fantomatiques et peu claires.

« Cela est du principalement à l'absence de voies cyclistes et d'une quelconque infrastructure dédiée aux vélos. Ce mode de déplacement n'est pas naturel à nos grandes villes, et notamment à Moscou. L'idée même est rendue encore pus complexe par sa saisonnalité », d'après l'expert.

Il n'est en effet possible de circuler à vélo à Moscou que pendant la moitié de l'année : de la fin du printemps au début de l'automne. Le reste du temps, les cyclistes sont gênés par les températures basses et par la neige qui encombre les routes.

Cependant, le programme de développement de l'infrastructure de transport de Moscou prévoit la construction de 73 km de voies cyclistes, d'après l'analyste de Finam Anna Mouchitina.

« D'un côté, l'absence d'infrastructure ralentit le développement de la location. D'un autre côté, Moscou n'est pas connue pour avoir un trafic automobile sûr. Les trottoirs sont pleins de piétons, les routes sont obstruées par des voitures garées. Il ne reste tout simplement pas de place pour les vélos », explique Mikhaïl Blinkine, directeur de l'Institut d'économie et de politique des transports près la Haute école d'économie.

D'après lui, les sceptiques trouvent ici les arguments qui leur permettent de douter du succès de la location de vélos. « Mais le vélo est le moyen de transport le plus rapide dans le centre-ville pour des distances de 5-8 kilomètres », ajoute l'expert.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.