Poutine appelle les entrepreneurs étrangers à rester en Russie

Crédit : Reuters

Crédit : Reuters

Lors de son intervention au Forum économique de Saint-Pétersbourg, Vladimir Poutine a appelé les entrepreneurs étrangers à rester en Russie, a promis de ne pas fermer Facebook et Twitter, et s’est dit prêt à reconnaître les élections en Ukraine et à travailler avec le gouvernement de Kiev.

Sur le travail avec les partenaires

Dans son discours, le chef d’Etat russe s’est engagé à apporter son aide aux investisseurs étrangers en Russie. « Pensez aux profits et aux dividendes éventuelles que vous pourrez réaliser dans la Fédération de Russie, ne cédez pas à la pression, au chantage, suivez votre propre chemin et vous trouverez le succès, alors que nous serons là pour vous aider », a déclaré M. Poutine. Il a déclaré qu’un processus de simplification pour les entreprises serait mis en place prochainement. Dès 2014, la chambre basse du Parlement, la Douma, étudiera cinq projets de loi visant à simplifier la gestion des entreprises. « Les investisseurs ne doivent pas attendre. Nous devons assurer les conditions d’une croissance rapide, aussi j’estime qu’il est indispensable de présenter les cinq projets de loi à la Douma avant la fin de cette année », a déclaré le président russe. Aussi, le gouvernement espère voir la Russie se classer dans les 20 pays assurant le meilleur climat d’investissement d’ici 2018. Le gouvernement russe simplifiera considérablement la procédure de sélection des projets d’investissement garantis par l’Etat et réduiront les délais de prise de décision sur ces projets.

Concernant la fermeture éventuelle de Facebook, de Twitter ou de leurs équivalents russes, le Président a démenti les rumeurs sur la fermeture des réseaux sociaux internationaux sur le territoire russe. « Nous n’allons rien fermer du tout », a déclaré Poutine lors de la réunion plénière.

Au sujet des sanctions

Les sanctions introduites par les pays occidentaux à l’égard de la Russie n’ont, pour le moment, pas eu d’influence systémique négative sur l’économie du pays, a déclaré le président Vladimir Poutine. « Pour le moment, tout cela n’a pas d’impact systémique négatif considérable sur notre économie. J’espère que cela n’arrivera pas », a déclaré de président. En outre, il a estimé qu’en insistant sur des sanctions à l’égard de la Russie, les Etats-Unis espèrent obtenir un avantage concurrentiel dans leurs liens économiques et commerciaux avec l’Europe. « Je ne vois pas d’autres motivations profondes et sérieuses, mais j’espère que le bon sens triomphera », a déclaré Poutine.

La situation en Ukraine a été l’un des principaux thèmes de l’intervention du président russe. Il a déclaré que la Russie travaillera avec les nouvelles structures gouvernementales en Ukraine après les élections et espère que toutes les opérations militaires seront interrompues. « Même aujourd’hui, nous travaillons avec les personnes au pouvoir à Kiev, mais après les élection nous collaborerons avec les structures nouvellement élues, bien entendu », a déclaré Poutine. La Russie est également préoccupée par la situation des journalistes russes, détenues en Ukraine.

En outre, le gouvernement russe espère trouver un compromis au sujet du gaz avec l’Ukraine, malgré le refus de Kiev de solder la dette pour le moment. « Je peux vous dire franchement : d’accord, ils veulent des réduction, mais qu’ils paient au moins la dette pour la période où ces réductions étaient appliquées, ils refusent. Comment pouvons-nous travailler ? » a affirmé Poutine. Plus tôt, le Premier ministre russe Dmitry Medvedev avait déclaré que la situation à Kiev avait déterminé l’absence de relations normales entre les gouvernements des deux pays, mais que les contacts de travail sont maintenus.

La situation en Ukraine est vitale pour la Russie, alors que pour les Etats-Unis c’est une question technique, estime Vladimir Poutine. « Concernant l’Ukraine, vous savez quel est le problème : pour nous c’est une question de survie, alors que les Etats-Unis prennent les décisions sur l’Ukraine au niveau technique uniquement. Alors que moi, je me suis impliqué personnellement », a-t-il précisé.

La stratégie pour le futur

D’ici l’automne 2014, la Russie finalisera sa stratégie de substitution des importations,  a promis Vladimir Poutine dans son intervention à la session plénière du Forum. « La modernisation industrielle, la construction de nouvelles usines et la localisation des usines concurrentielles en Russie nous permettront de réduire considérablement nos importations dans de nombreux domaines, de rendre notre marché aux fabricants nationaux, sans violer les normes du commerce international, sans introduire des restrictions ou barrières », a-t-il dit. Il s’agit avant tout de la fabrication de logiciels, d’équipements électroniques, de textile, d’alimentation. Poutine a rajouté qu’un paquet de mesures de soutien aux fabricants nationaux capables de produire des biens équivalents sera développé. Un fonds spécial de développement de l’industrie russe sera notamment créé. 

En réponse aux interventions de Vladimir Poutine, le cours de la monnaie nationale russe est remonté. A son tour, l’ancien ministre de l’Economie, un allié de longue date du président russe Vladimir Poutine, Alexeï Koudrine, a annoncé aux journalistes que le point principal de l’intervention de Poutine est son annonce sur l’Ukraine et les relations russes avec l’Occident. « Nous comprenons qu’il s’agit d’une suggestion, attente, souhait, mais aujourd’hui nous pouvons espérer que la situation sera normalisée, que nous reprendrons le cours de travail normal », a indiqué Koudrine à l’issue de la réunion plénière.

Le Forum économique de Saint-Pétersbourg se déroule sur fond de tensions entre la Russie et les Etats-Unis et l’Union européenne. Aussi, les dirigeants de nombreux groupes internationaux ont renoncé à la participation au Forum. Notamment, selon le New York Times, les assistants du président américain ont exhorté les dirigeants des groupes américains à ne pas se rendre au Forum. D’après le ministre adjoint russe du Développement économique, Serguei Baliakov, environ 15% des entreprises enregistrées pour participer au Forum ont refusé de se rendre à Saint-Pétersbourg.

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #Poutine #spief2014

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.