Qui contrôle le marché russe ?

Crédit : Ilya Pitalev / RIA Novosti

Crédit : Ilya Pitalev / RIA Novosti

En matière financière, les investisseurs étrangers conservent une influence déterminante sur le marché russe. Selon les analystes de Sberbank CIB, près de 70% des actions russes « flottantes » (free-float) seraient dans les mains d'investisseurs étrangers. Les investisseurs russes continuent de voir d'un mauvais œil ce secteur depuis la crise de 2008-2009.

Parmi ces actions, près de 89 milliards d'euros sont des investissements étrangers dans les entreprises russes. L'agence FactSet confirme ces estimations.

Environ 21 milliards d'euros appartiennent à des banques, assurances et fonds de pension russes. Selon Investfunds.ru, il faut rajouter à cela 735 millions d'euros détenu par les fonds ouverts (open-end fund) de la Fédération russe.

Toujours selon les analystes, près de 10% des actions free-float se trouvent entre les mains d'investisseurs privés originaires de Russie.

Pour les experts, la part restante de 31 milliards d'euros est à partager, à hauteur de 1 contre 2, entre les hedge-funds étrangers et les fonds russes qui refusent de dévoiler leurs informations.

Un tiers des investissements boursiers en Russie provient de fonds américains. Un autre tiers vient d'Europe continentale tandis que le Royaume-Uni est à l'origine d'un quart de ces investissements. Le principal investisseur étranger dans ce domaine, avec plus de 3,7 milliards d'euros, se trouve être le Norwegian Governement Pension Fund, suivi par Vanguard Emerging Markets Stock Index Fund avec 3,5 milliards d'euros et le fond Oppenheimer qui a investi un peu moins de 2,2 milliards d'euros.

Avant la crise de 2008-2009, les investisseurs étrangers possédaient près de 60% des actions free-float en Russie.

Selon les experts, la forte présence d'investisseurs étrangers est un signe positif qui souligne l'attractivité du marché russe. Cependant, cela crée le risque d'un retrait brutal de ces capitaux.

L'augmentation des parts étrangères dans les actions free-float est liée non seulement à l'augmentation du volume des investissements étrangers, mais également à la baisse des investissements russes dans ce secteur. Selon le journal Kommersant, qui se base sur les chiffres du site Investfunds.ru, depuis le début de l'année 2009, les investisseurs russes n'ont placé en bourse que 550 millions d'euros à partir de fonds ouverts. Pour Dimitri Sadov, directeur de Simargl Capital, les investisseurs russes ont été rudement marqués par la crise de 2008-2009 et considèrent depuis les investissements boursiers avec beaucoup de circonspection. Leur passivité permet aux non-résidents de conserver une grande influence sur le dynamisme du marché boursier russe. « Pour avoir une véritable influence, les investisseurs russes doivent acquérir plus de 50% des actions free-float », note M. Sadov.

Article rédigé à partir des informations disponibles sur Kommersant.ru et Vedomosti.ru

 

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.