Rosatom continuera à construire la Centrale nucléaire en Hongrie

Parmi les concurrents de Rosatom souhaitaient figurer Areva, société française et la société américano-japonaise Westinghouse. Crédit : AFP / East News

Parmi les concurrents de Rosatom souhaitaient figurer Areva, société française et la société américano-japonaise Westinghouse. Crédit : AFP / East News

La Russie et la Hongrie ont signé un accord sur l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques. Rosatom va construire deux nouvelles unités pour la Centrale nucléaire de Paks. Le projet était convoité par des concurrents français et américains, mais les hongrois ont préféré les réacteurs russes qu’ils connaissaient déjà.

Le document a été signé du côté russe par le directeur général de Rosatom, Sergueï Kirienko et du côté hongrois par la ministre du développement national, Zsuzsanna Nemeth Laslone.

La Centrale nucléaire de Paks

La Centrale nucléaire de Paks est la seule centrale fonctionnelle en Hongrie. Située à 100 kilomètres de Budapest. La Centrale est construite selon le projet soviétique. Quatre réacteurs ont été introduits entre 1982 et 1987. Elle produit plus de 42 pour cent de l'électricité générée dans tout le pays.

L’accord prévoit la construction de deux nouvelles unités dans l’unique centrale nucléaire de Paks en Hongrie. La fourniture du carburant et l’entretien y sont également prévus. Les contrats seront signés dans six mois. Rosatom dit que les détails de construction et de puissance des unités ne sont pas encore définis. Mais le chef du cabinet du Premier Ministre Janos Lazar a déclaré à Reuters que l’Union Européenne a déjà approuvé le projet des deux unités d’une puissance de 1,2 GW. Il est prévu que les unités seront mises en place avant 2023 et resteront la propriété de la Hongrie.

Par la suite, la puissance de la centrale pourrait doubler et passer de 2GW à 4,4GW.

L’accord de la Russie avec la Hongrie fût une surprise, car depuis quelques années le gouvernement promettait de lancer un appel d’offre pour ce projet. Parmi les concurrents de Rosatom souhaitaient figurer Areva, société française et la société américano-japonaise Westinghouse. Mais les hongrois ont décidé d’élargir la Centrale nucléaire à l’aide des réacteurs russes afin d’utiliser une infrastructure existante ainsi que l’expérience des collaborateurs et d’éliminer les coûts supplémentaires, selon une source au sein de la délégation russo-hongroise.

En plus, la Russie fournira les principales ressources pour ce projet. Son coût probable s’élève à 10-12 milliards d’euros, dont 80% seront financés par un crédit sur 30 ans accordé par la Russie, déclare Monsieur Lazar. Sergueï Kirienko confirme que les Ministères des Finances des deux pays ont convenu que la Russie fournira un crédit d’état à la Hongrie. « Pour le moment le plafond global est défini à 10 milliards d’euros, mais le chiffre final sera inférieur », constate le chef de Rosatom. Il a également ajouté que les contrats correspondants doivent être préparés au cours des six mois à venir.

Le projet implique 40% de la localisation du travail en Hongrie, déclare le Président Vladimir Poutine. Une source du Kommersant, proche de ce projet, précise qu’il est possible d’atteindre les 30% de la localisation rien qu’en travaux de coulage et de bétonnage. La compagnie hongroise Ganz EEM, membre d’Atonemenrgomash, qui fabrique les équipements pour les centrales nucléaires, peut aussi recevoir des commandes de la part de la Centrale de Paks.

Le texte est préparé sur la base des informations de Kommersant et de Interfax

 

Et vous qu'en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @larussie #nucléaire


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.