Danone innove en Russie en se lançant dans l’activité fermière

Jusqu’ici, Danone se contentait d’acheter son lait à des producteurs locaux. Crédit : Itar-Tass

Jusqu’ici, Danone se contentait d’acheter son lait à des producteurs locaux. Crédit : Itar-Tass

Numéro 2 du secteur, Danone s’associe à un important pro-ducteur russe pour se garantir des volumes. Un projet qui exigera un investissement allant jusqu’à 400 millions d’euros.

Le groupe français a profité de la venue à Moscou du Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour signer en sa présence un important accord destiné à asseoir ses positions sur le secteur laitier russe. Il s’agit d’une coentreprise avec le groupe russe Damate, dont la mission sera de bâtir et d’opérer deux grosses fermes laitières dans les régions de Tioumen et en Bachkirie. Dans la ferme bachkire, 10 000 vaches donneront autour de 105 000 tonnes de lait par an, tandis que la ferme de Tioumen comptera 8 800 têtes pour une capacité annuelle de 88 000 tonnes de lait. La production démarrera dans un an et demi, selon le président du conseil des directeurs de Damate, Naoum Babaïev. On estime que les investissements avoisineront les 400 millions d’euros, en partie prélevés sur des fonds propres et en partie via des crédits. M. Babaïev n’a pas précisé la part respective des efforts de Damate et de Danone. La porte-parole de Danone Marina Balabanova indique que les pourparlers sont encore en cours sur ce point. Le groupe français est censé acheter la totalité de la production des deux fermes.

Jusqu’ici, Danone ne s’était pas aventuré dans l’activité fermière, se contentant d’acheter du lait à des producteurs, et soutenant ici ou là des partenaires à travers des programmes de formation. Selon Naoum Babaïev, Danone ne devrait pas participer au versant opérationnel des fermes, mais se limiter au développement et à la construction, où son expérience est confirmée.

Marina Balabanova explique que « le partenariat sera mutuellement bénéfique, puisque Damate obtient la garantie d’écouler sa production de lait et profitera de l’expérience de gestion de Danone qui, pour sa part, verra sa base de ressources augmenter considérablement ». Le volume des achats de lait de Danone Russie a atteint 1,7 millions de tonnes en 2012. Du coup, la coentreprise avec Damate couvrira environ un huitième de ses besoins en matières premières sur le marché russe. En outre, selon Mme Balabanova, une formule de prix stables sera décidée entre les deux partenaires, offrant une stabilité sur un marché global plutôt fluctuant. La situation russe a connu une chute rapide de la production de lait, conduisant à une montée des prix gênante pour Danone.

La Russie traverse une grave crise dans l’industrie laitière. Selon le Service fédéral des statistiques, sur la période allant de janvier à septembre 2013, le cheptel de vaches a fondu de 151 000 têtes. Avec pour conséquence un bond de 25 à 30% des prix sur un an. Le litre de lait se négocie en gros autour de 0,37 euros en moyenne. Le syndicat national des producteurs de lait se plaint qu’en l’absence de soutien gouvernemental, la situation va continuer à se dégrader. Danone est le deuxième acteur du secteur laitier russe derrière Pepsico, avec respectivement 14,4% et 16,2% du marché russe. Le groupe français a réalisé l’année dernière un chiffre d’affaires de 1,8 milliards d’euros en Russie.

En juillet dernier, Danone avait annoncé un investissement de 67 millions d’euros dans une usine sibérienne, afin d’augmenter de 40% sa capacité de production. Le groupe français concentre ses efforts sur les produits à plus haute valeur ajoutée, comme Activia, Danissimo.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies