L'inflation russe 15 fois supérieure à celle de l'UE

Crédit photo : Reuters

Crédit photo : Reuters

Les statistiques contredisent les déclarations optimistes des autorités russes, selon lesquelles l'inflation ne dépassera pas les prévisions en 2013, écrit lundi 26 août le quotidien Novye Izvestia. Rosstat, l’agence russe de statistiques, a analysé la hausse des prix en Russie et en Europe pour conclure que l'inflation en Russie avait dépassé la moyenne européenne de pratiquement 15 fois au premier semestre 2013.

D'après Rosstat, les prix ont augmenté de 4,4% en Russie en début d'année par rapport à décembre 2012, tandis que dans les pays de l'Union européenne cet indice était de 0,3%. En termes de prix des produits alimentaires, le rapport est de 4,1% en Russie contre 1,6% en Europe.

En règle générale, le mois de juillet est une période où l'inflation diminue en raison de la baisse des prix des fruits et légumes. Toutefois, cette année, beaucoup de pays concernés par l'étude n'ont pas obéi à cette règle.

Par rapport à juin, les prix de consommation ont augmenté en Estonie (1,6%), au Portugal (0,7%), en Espagne (0,6%), au Royaume-Uni, en Irlande, au Danemark, en Finlande et en Suède (0,2-0,4%). Néanmoins, dans d'autres pays la diminution était si importante que fin juillet l'Europe a enregistré une déflation de 0,5%.

La baisse des prix des produits alimentaires était la plus notable en Roumanie, en République tchèque, en Croatie et en Hongrie. Les prix des aliments en Russie ont diminué de 0,2% par rapport au mois précédent.

« Malheureusement - ou heureusement - la locomotive de l'économie russe s'est enrayée depuis une paire d'années », déclare Ivan Starikov, professeur à l'Académie russe d’économie nationale et d'administration publique auprès du président de la Fédération de Russie.

« Après les sept premiers mois de l’année la croissance économique est pratiquement nulle et, dans beaucoup de secteurs, on constate une récession. A l'heure actuelle, le déclin économique est très fort et dans ces conditions il est nécessaire de prendre des décisions pour réduire les dépenses publiques. Mais les autorités ne peuvent pas le faire pour des raisons politiques."

Selon l'économiste, la masse monétaire continue d’augmenter en Russie, alors même que la production se réduit.

L'économie russe reste dépensière. « Aujourd'hui 53 régions du pays connaissent de sérieux problèmes pour payer les salaires des fonctionnaires, constate l'expert. Pour cette raison notamment, la hausse de l'inflation est inévitable. Selon mes prévisions, elle se fera davantage ressentir à la fin du troisième et au début du quatrième trimestre."

Les experts avertissement que les pertes de récoltes suite aux inondations dans l’est du pays pourraient sérieusement affecter les indices d'inflation. Le premier ministre Dmitri Medvedev a récemment déclaré que pratiquement la moitié des récoltes, sur 0,5 million d'hectares, était perdue en Extrême-Orient.

A son tour, le ministère de l'Agriculture rapporte la perte de 675.000 hectares de récoltes soit plus de 200 millions d'euros. Rappelons que les pertes des récoltes suite aux cataclysmes naturels étaient déjà l'une des raisons pour lesquelles en 2012 la Russie n'avait pas réussi à parvenir au niveau d'inflation prévu de 6% et avait atteint, selon les informations officielles, 6,6%.

Source : RIA Novosti

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.