Le « Davos russe » dans les starting-blocks

Le principal sujet de discussion du Forum économique international de Saint-Pétersbourg sera les moyens de sortir de la stagnation et d'obtenir une croissance économique durable. Crédit : Itar-Tass

Le principal sujet de discussion du Forum économique international de Saint-Pétersbourg sera les moyens de sortir de la stagnation et d'obtenir une croissance économique durable. Crédit : Itar-Tass

Principal événement politique et économique de Russie, le 17e Forum économique international de Saint-Pétersbourg se tiendra du 20 au 22 juin. Les perspectives économiques mondiales et les moyens d'assurer la croissance économique seront évoqués par plus de 5 000 participants venus de 30 pays

La 17e édition du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) aura lieu du 20 au 22 juin. Le principal sujet de discussion du « Davos russe » 2013 (par son échelle, le SPIEF peut être comparé à la grand-messe suisse) sera très actuel : « Perspectives économiques mondiales : le temps des actions décisives ». « Le Forum économique international de Saint-Pétersbourg est l'une des plateformes clés pour évoquer l'ordre du jour économique aussi bien russe qu'international. Nous avons essayé d'en tenir compte dans l'ordre du jour », a déclaré le directeur du Département de la politique d'investissement et du développement du partenariat public-privé du ministère du Développement économique de la Fédération de Russie, Igor Koval. 

Une importance particulière est liée au fait que la Russie présidera le G20 en 2013. « Le programme du forum de cette année comprendra également une discussion sur les thèmes de l'ordre du jour du G20 », a affirmé M. Koval. Il s'agit notamment de la stimulation des investissements pour accélérer la croissance de l'économie, de la gestion de la dette publique, de la réforme du système financier international, du développement durable des marchés de l'énergie et du renforcement du commerce mondial. La chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre des Pays-Bas Mark Rutte devraient participer au forum. Par ailleurs, à la veille du forum « Davos russe » se tiendra le G20 jeunesse (Y20) et le sommet du G20 affaires (B20).

Le principal sujet de discussion du Forum économique international de Saint-Pétersbourg sera les moyens de sortir de la stagnation et d'obtenir une croissance économique durable : une question aujourd'hui d'actualité dans de nombreux pays. Lors des sessions placées sous le thème « Programme mondial pour une croissance économique durable » seront évoqués les facteurs clés qui déterminent le développement de l'économie mondiale, et les mesures qui doivent être prises pour restructurer l'économie et promouvoir une croissance durable.

Le forum réunira la « crème » de la communauté internationale des affaires et de l'élite politique et économique mondiale dans le cadre du célèbre cycle de rencontres « Conversations qui changent le monde », temps fort du SPIEF. L'an dernier, les réunions à ce format ont impliqué le chef de Goldman Sachs Lloyd Blankfein, le fondateur de Mangrove Capital Partners Gerard Lopez et le prix Nobel Henry Kissinger.

Deux autres thèmes de discussion importants seront « La Russie dans l'avenir mondial » (axes de développement de l'économie russe et rôle de la Russie dans le monde global, avec la participation de représentants du gouvernement de la Fédération de Russie) et « Nouveaux catalyseurs du changement », qui mettra l'accent sur les possibilités d'utilisation des technologies de pointe et des approches innovantes pour résoudre problèmes de l'économie et de la société. En outre, dans le cadre du SPIEF se tiendra le traditionnel sommet des sociétés énergétiques. C'est lors de ce sommet que l'an dernier, Rosneft a signé une série d'accords, notamment avec Eni et Statoil sur l'Arctique, en échange de l'accès au secteur de la raffinerie pétrolière en Europe, à des gisements en Afrique du Nord et à d'autres actifs.

Il est à noter que depuis sa naissance, le SPIEF a parcouru un long chemin. Si, jusqu'au milieu des années 2000, il portait seulement un caractère local, le nombre de ses participants dépassant rarement 2 000 personnes, le développement du SPIEF en tant que plate-forme internationale est promu depuis 2005 par l'ex-ministre du Développement économique et actuel président de la banque Sberbank, Guerman Gref. Plus tard, avec le soutien d'Igor Chouvalov, le SPIEF a connu son apogée, devenant le forum d'affaires de référence de Russie.

C'est désormais en fonction de ce forum que s'orientent les autorités russes lors de la préparation d'événements internationaux. « Le SPIEF est devenu une référence pour les forums que nous organisons en Russie », reconnaît le vice-ministre du Développement économique Oleg Fomitchev.  Les chiffres parlent d'eux-mêmes : l'année dernière, le SPIEF a attiré plus de 5 347 représentants des cercles d'affaires, dont 157 chefs de grandes entreprises étrangères, 55 d'entre eux inclus dans les classements Forbes et Fortune. Lors du forum ont été signé 84 accords, dont neuf contrats d'une valeur de plus de 360 ​​milliards de roubles (8,7 mds d'euros), dont quatre accords de prêt d'une valeur supérieure à 164,4 milliards de roubles (4 mds d'euros). L'événement était couvert par 1 139 journalistes venus de 30 pays.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.