Rosneft défie Gazprom

Pour Rosneft, le moment est opportun pour récupérer une partie de la clientèle de Gazprom. Crédit : RIA Novosti

Pour Rosneft, le moment est opportun pour récupérer une partie de la clientèle de Gazprom. Crédit : RIA Novosti

D'ici 2020 la compagnie Rosneft compte produire 100 milliards de mètres cubes de gaz par an, a déclaré le président de la compagnie Igor Setchine pendant la Journée de l'investisseur à Londres.

Elle occuperait alors de 19 à 22% du marché gazier russe d'après le rapport de Vlada Roussakova, vice-présidente et directrice du développement du commerce gazier. Elle était jusqu'à l'an dernier chef du développement chez Gazprom. En 2012 Rosneft a produit 41 milliards de mètres cubes de gaz soit 10% du marché russe.

Par ailleurs, la compagnie a déjà conclu de nouveaux contrats qui lui permettent d’atteindre la moitié de son nouvel objectif de production. Son portefeuille de commandes s’élève à 72 milliards de mètres cubes de gaz par an. En revanche, sa présentation n'indique pas à partir de quand ces contrats entreront en vigueur. En 2016, les livraisons de gaz sur le marché national atteindront 63 milliards de mètres cubes. En 2020, 60% seront assurées par les compagnies énergétiques, 16% par les groupes de consommation Itera (Rosneft détient 51% dans l'une de ses structures – NGK Itera) et 14% par les entreprises chimiques. Les projets en cours fourniront un peu moins de la moitié de la production prévue de Rosneft soit 47 milliards de mètres cubes de gaz. Le reste sera assuré par les nouvelles exploitations dont le gisement de Kharampour, Rospan International, le groupe Kynsko-Tchasselskaïa et Sakhaline-3.

Le moment est opportun pour récupérer une partie de la clientèle de Gazprom. Près de 40 % des contrats à long terme pour la fourniture du gaz en Russie s'achèvent cette année et tous les consommateurs sont loin d'être prêts à ressigner.

Novatek compte également profiter de la situation. L'an dernier, l'entreprise a déjà récupéré une partie des clients de Gazprom, y compris du consortium Mosenergo. Toutefois, les plans de Novatek ne sont pas aussi ambitieux que ceux de Rosneft. D'ici 2020, l'entreprise a l'intention d'augmenter ses livraisons sur le marché national jusqu'à 90 milliards de mètres cubes contre 59,6 milliards de mètres cubes en 2012. Le représentant de Novatek a confirmé ces chiffres. Celui d'un autre producteur gazier indépendant, Lukoil, n'était pas joignable.

D'après les plans de Rosneft, la compagnie compte sur une croissance de 25% de consommation gazière en Russie d'ici 2020, déclare Maxim Mochkov d'UBS. La compagnie pourrait doubler sa part si Gazprom continuait, au contraire, de la perdre. Le groupe assure actuellement 73% des livraisons sur le marché intérieur.

La part de Gazprom continuera de baisser, selon le représentant de l'entreprise. D'ici 2020 elle pourrait représenter 60 à 70% du marché. Toutefois, en chiffres absolus, les livraisons resteront stables. « La réduction de cette part sera due à la croissance du marché », a-t-il expliqué. L'année dernière, Gazprom a fourni 304,9 milliards de mètres cubes de gaz aux consommateurs russes.

Toutefois, Valeri Nesterov de Sberbank CIB pense que les plans de Rosneft sont trop optimistes. « Le rythme de croissance du marché a déjà commencé à ralentir : la hausse de la demande énergétique existe mais même dans le meilleur des cas, d'ici 2020, le marché national ne consommera pas plus de 450 à 470 milliards de mètres cubes par an », a-t-il déclaré. Une source de Gazprom est convaincue que, compte tenu des actifs de TNK-BP et Itera, à cette date Rosneft produira entre 70 et 75 milliards de mètres cubes de gaz.

Valeri Nesterov ajoute que Rosneft mise sur le gisement de Kharampour mais le gaz de ce gisement est difficile à exploiter. C'est pourquoi en cas de renforcement de la concurrence Novatek a plus de chances d'augmenter ses parts de marché, pense l'analyste.

Texte original disponible sur le site de RIA Novosti.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies