Renault investira plus de 500 M d'euros en Russie

Lada Largus, la première voiture fabriquée par l'usine russe sur la plate-forme de Renault. Crédit : Getty Images/Fotobank

Lada Largus, la première voiture fabriquée par l'usine russe sur la plate-forme de Renault. Crédit : Getty Images/Fotobank

Renault prévoit d'investir environ 21 milliards de roubles dans ses projets en Russie au cours des sept prochaines années. Vendredi dernier, le directeur de Renault Russie Bruno Ancel et le maire de Moscou Sergueï Sobianine ont signé un protocole d'entente.

Renault prévoit d'investir environ 21 milliards de roubles dans ses projets en Russie au cours des sept prochaines années. Cette somme n'est pas prise en compte dans le programme d'investissement d'AvtoVAZ et pourrait servir au lancement de nouveaux modèles de voitures Renault et VUL. En outre, une partie des fonds pourraient servir au développement de la production de composants. Selon les analystes, Renault pourrait octroyer environ 75% de cette somme au développement de nouvelles capacités. Renault a déjà dépensé plus de 1,3 milliards de dollars rien que pour l'achat des actions d'AvtoVAZ.

Vendredi 19 avril, le directeur de Renault Russie Bruno Ancel et le maire de Moscou Sergueï Sobianine ont signé un protocole d'entente. Renault s'est notamment engagé à moderniser la production et à « assurer la hausse de la production d'automobiles » dans son usine de Moscou Avtoframos. Le gouvernement de Moscou s'est de son côté dit prêt à « étudier la possibilité » de maintenir les avantages de l'entreprise concernant les impôts sur le revenu et la propriété jusqu'en 2017. Dans un communiqué de presse, Renault affirme que la société a l'intention d'investir 21 milliards de roubles (510 M €) dans ses nouveaux projets automobiles en Russie avant la fin de 2020.

« Ce montant n'inclut pas l'argent dépensé pour l'acquisition du bloc de contrôle d'AvtoVAZ, il n'est pas pris en compte dans son programme d'investissement », a dit la représentante de Renault Oksana Nazarova. Elle a souligné que Renault prévoyait d'investir « dans ses propres projets », c'est à dire « directement dans la fabrication de voitures sous la marque Renault ».

Renault a déjà investi environ 400 millions d'euros dans Avtoframos, dont la capacité de production est de 188.000 voitures par an. Dans le même temps, la société possède d'ambitieux plans de développement en Russie. Par exemple, Renault envisage la production dans le pays de véhicules utilitaires légers (VUL) et prévoit de lancer à AvtoVAZ (où l'on produit d'ores et déjà les modèles Lada Largus et Nissan Almera) l'assemblage de l'un de ses modèles, sans doute Logan.

Des investissements supplémentaires pourraient être nécessaires pour la construction d'une usine de moteurs Renault à Togliatti. La production devrait démarrer en 2015, sa capacité sera d'environ 500 000 moteurs par an. Les moteurs équiperont non seulement les voitures Renault, mais aussi les Nissan et Lada.

Mikhaïl Park d'Aton estime que « le plus probable est que Renault investira dans le développement et la production de composants en Russie ». Selon les estimations des analystes, Renault va octroyer environ 75% du montant total des investissements au « développement de nouvelles installations », le reste de l'argent devant être consacré à la modernisation des anciennes capacités.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.