Classement Doing Business : la Russie en route vers le Top-20

Dans le domaine de la construction, aucune révolution n'a eu lieu, mais des réformes progressives ont été réalisées au cours des trois dernières années. Crédit : Lori/Legion Media

Dans le domaine de la construction, aucune révolution n'a eu lieu, mais des réformes progressives ont été réalisées au cours des trois dernières années. Crédit : Lori/Legion Media

En 2011, Vladimir Poutine avait exigé que la Russie figure à la 20ème place du classement Doing Business d'ici 2020.

Le ministère russe du Développement économique a publié sur son site Internet une note dans laquelle il précise les conclusions de la Banque mondiale sur le climat d'affaires en Russie compte tenu des réformes menées en 2012-2013. Rappelons que dans la dernière étude de la BM, la Russie est passée de la 120ème à 112ème place (sur 185) uniquement en raison de modifications fiscales (passant de la 105ème à la 64ème place). En décembre 2011, Vladimir Poutine, encore premier ministre, avait exigé que la Russie figure à la 20ème place d'ici 2020.

La législation visant à simplifier une partie des procédures voit le jour aux niveaux fédéral et régional, en particulier à Moscou, selon le vice-ministre du Développement économique Sergueï Beliakov, ajoutant qu'une partie importante de ces documents ont déjà été adoptés et sont entrés en vigueur. Selon lui, les changements ont été formulés à bien des égards suite aux recommandations de la Banque mondiale.

Le ministère russe du Développement économique a calculé la hausse potentielle de la Russie dans le classement si l'ensemble de ces réformes étaient menées. L'évaluation des changements de position dans le classement constitue uniquement une hypothèse a précisé M. Beliakov : « Nous partons du fait que 100% des changements sont mis en œuvre, ce qui malheureusement n'est pas encore le cas. De plus, on n'évalue que les réformes menées en Russie, sans tenir compte de la variation possible de la place des autres pays ».

En théorie, l'information contenue dans la note publiée par le ministère est impressionnante : le pays se hisserait à la 17ème position en termes d'obtention de permis de construire, à la 63ème pour la connexion au réseau électrique, à la 86ème pour le commerce international, à la 9ème pour l'enregistrement de la propriété, et à la 70ème pour l'enregistrement des sociétés. En se fondant sur l'évaluation du ministère du Développement économique, la Russie pourrait théoriquement figurer d'ores et déjà à la 44e place. Les données ont été obtenues à l'aide de la calculatrice spéciale du site la Banque mondiale.

« Dans le domaine de la construction, aucune révolution n'a eu lieu, mais des réformes progressives ont été réalisées au cours des trois dernières années », explique le PDG de Krost Alexeï Dobachine. « Ces réformes commencent à porter leurs fruits, a déclaré de son côté le directeur général de Direction générale Centre Timour Batkine. Cette année, les procédures d'approbation sont devenues plus transparentes, et le calendrier est respecté. »

« On a  lancé l'été dernier une réforme sérieuse du cadre réglementaire pour la connexion au réseau d'électricité, explique le directeur du Fond pour le développement énergétique Sergueï Pikine. La nouvelle procédure a commencé à être appliquée en janvier, et les résultats concrets ne seront palpables qu'en mai. » « En termes de commerce international, aucune amélioration n'a eu lieu », indique le partenaire de Groupe Pepeliaev Galina Balandine.

Article publié sur le site de Vedomosti le 12 avril 2013.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.