Les enfants des oligarques russes apprennent les fondements du capitalisme

Roman Abramovitch (au centre) et sont fils Arkadi (à gauche). Crédit : Itar-Tass

Roman Abramovitch (au centre) et sont fils Arkadi (à gauche). Crédit : Itar-Tass

Les parents milliardaires ne veulent pas toujours transmettre leurs capitaux à leurs enfants. Leurs enfants non plus ne souhaitent pas suivre les pas de leurs parents et se lancent dans des projets indépendants.

Arkadi Abramovitch, fils du milliardaire russe Roman Abramovitch âgé de 19 ans, investit lui aussi dans les ressources naturelles : il a récemment acquis des parts dans la société CenGeo Holdings, qui possède d’énormes gisements de pétrole en Sibérie. Cet investissement s’élèverait à 35,5 millions d’euros. Le jeune milliardaire a acheté ces actifs via sa propre société s’investissements AAR Capital Ltd., lettres choisies par son père et qui correspondent à ses initiales.

Il est intéressant de souligner qu’Abramovitch Junior n’en est pas à son coup d’essai : en 2011, le site d’informations Marker.ru a ainsi révélé que l’entreprise Zoltav Resources Inc., dont l’un des plus importants actionnaires est Arkadi, avait acquis des actions dans Rosneft, Lukoil et Gazprom pour une somme totale d’environ 484 mille euros. Notons qu’Arkadi Abramovitch effectue parallèlement un stage dans une banque anglaise.

En Russie, le nombre de millionnaires ne cesse d’augmenter. Selon un classement annuel établi par le magazine CEO, le nombre de Russes dont les richesses dépassent le milliard de dollars est passé de 120 à 131 personnes l’année dernière.

Et les nantis devraient être encore plus nombreux à l’avenir selon les analystes, avant tout grâce aux héritiers des milliardaires russes qui ne restent pas toujours dans le même secteur que leurs parents pour poursuivre leurs affaires, mais volent de leurs propres ailes en créant leur entreprise.

Kira Plastinina, fille de Sergueï Plastinine, l’un des propriétaires du géant agricole Razvitie Regionov et membre du conseil d’administration de la Banque Asie-Paciffique, est déjà très connue en Russie en tant que designer alors qu’elle n’a que 20 ans : elle crée des vêtements et des chaussures sous sa propre marque Kira Plastinina, et possède une chaîne de magasins en Russie ainsi que dans les pays de la CEI. Les principaux concurrents de Kira sont l’Espagnol Inditex (qui détient la marque Zara) et le Suédois H&M. La fortune personnelle de la jeune fille n’est pas encore connue, mais les spécialistes n’excluent pas qu’elle entre prochainement dans la liste des personnes les plus riches de Russie.

Le fils du président de Crocus Group Aras Agalarov (1,23 milliard d’euros selon Forbes Russie), Emin, 33 ans, participe non seulement aux activités de son père, mais travaille également dans la musique. Construit sous sa direction, la salle de concert Сrocus City Hall est actuellement une des places musicales les plus prisées de Moscou, en accueillant notamment des stars internationales.

Il est vrai que certains héritiers d’hommes d’affaires russes cherchent un travail « qui leur convient mieux ». Tatiana Evtouchenkova, fille du fondateur et propriétaire de l’entreprise Sistema Vladimir Evtouchenkov (dont la fortune est estimée à 4,63 milliards d’euros), a travaillé pendant quelques années dans la société de son père avant d’occuper le poste de conseillère de Guerman Gref, président de Sberbank. « Les possibilités actuellement offertes par Sberbank sont difficiles à comparer avec celles proposées sur le marché. J’ai changé de métier parce que j’ai besoin de motivation, et ce métier, c’est ce que j’ai toujours voulu faire », a déclaré la jeune Evtouchenkova au magazine RBK pour expliquer sa reconversion.

Les parents milliardaires ne veulent toutefois pas toujours transmettre leurs capitaux à leurs enfants. Pour beaucoup d’entre eux, donner un million à leurs progénitures les aide à débuter dans la vie, mais donner un milliard les empêche de réussir. Vladimir Potanine, oligarque russe et président du holding Interros dont la fortune s’élève à plus de 11 milliards d’euros selon Forbes Russie, souhaite par exemple donner plus de la moitié de son patrimoine à la fondation caritative The Giving Pledge, créée par Bill Gates et Warren Buffet. « Je pense que les enfants doivent sortir de l’ombre de leurs parents, vivre de manière autonome et trouver leur voie en tant que citoyens », explique le milliardaire. Potanine a trois enfants dont les plus âgés, Anastasia et Ivan, sont fans scooter des mers et ont été plusieurs fois champions de Russie de cette discipline.

Mais certains hommes d’affaires russes agissent parfois différemment. Ainsi, le président de la compagnie pétrolière Lukoil Vagit Alekperov (10,4 milliards d’euros) a déclaré en début d’année qu’il avait légué ses parts dans la société à son fils Youssouf, qui travaille aujourd’hui sur les gisements de Sibérie occidentale. « Je ne le prépare pas pour me remplacer. Je me suis consacré à un secteur, et il peut s’intéresser à un autre. Mais il doit d’abord acquérir de l’expérience, voir comment les gens travaillent sur les gisements. Il a été ouvrier et est désormais technicien. Une fois qu’il aura passé cette étape, il choisira lui-même son destin », a ainsi indiqué Vagit Alekperov sur les ondes d’Ekho Moskvy.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.