Chypre : l'immobilier russe cherche un nouveau port d'attache

L'argent que les développeurs travaillant en Russie ont transféré vers Chypre à la veille de la fermeture des banques était toujours gelé. Crédit : AP

L'argent que les développeurs travaillant en Russie ont transféré vers Chypre à la veille de la fermeture des banques était toujours gelé. Crédit : AP

Dans un très proche avenir, Chypre cessera d'être le pays le plus populaire aux yeux des Russes pour les opérations immobilières, estiment des experts interrogés par RBC Daily. Les futures plateformes d'immatriculation de compagnies contrôlant des actifs sur le marché immobilier russe pourraient être le Luxembourg, les Pays-Bas, la Lettonie ou Malte, dont le régime fiscal, selon les acteurs du marché, est juridiquement proche de celui de Chypre.

Selon Jones Lang LaSalle, le volume des investissements dans l'immobilier commercial en Russie s'est élevé à 7,9 milliards de dollars en 2012. La plupart des opérations ont été menées via Chypre, indique le partenaire gérant de Praedium Investment Capital, Svetlana Kara. « J'estime qu'environ 80% des actifs dans la sphère de l'immobilier sont la propriété d'entreprises enregistrées sur l'île », a-t-elle ajouté.

À première vue, les projets des autorités chypriotes visant à imposer une taxe sur les dépôts ne devraient pas affecter trop lourdement le marché immobilier russe, car ni les développeurs, ni les sociétés d'investissement ne conservent en règle générale d'argent sur les comptes chypriotes. « Dans le cadre des transactions, les fonds de trésorerie ne font que passer par le système bancaire de la République, ils ne restent généralement pas à Chypre », a déclaré le responsable des opérations russes dans l'immobilier de l'entreprise juridique Akin Gump, Vladislav Sourkov.

Cependant, l'argent que les développeurs travaillant en Russie ont transféré vers Chypre à la veille de la fermeture des banques était toujours gelé. « Un fonds que je connais a transféré des sommes vers Chypre juste avant la fermeture des banques, le jeudi, maintenant ils ont 6 millions de dollars coincés. Une autre grande entreprise de développement immobilier a pour la même raison subi le gel de 7,5 millions de dollars », a déclaré le directeur général de Tactics Group, Pavel Chichkine. Ne voulant plus être confrontés à une telle situation à l'avenir, les représentants du marché immobilier russe vont en toute hâte rechercher une nouvelle juridiction pour leurs transactions, et souhaitent rapidement trouver une solution alternative, assure l'expert.

Le directeur de la section investissements corporatifs d'AFI Development Ilya Koutnov n'exclut pas non plus que sur fond d'effondrement de la confiance envers le système bancaire chypriote, de nombreux développeurs veuillent diversifier la structure de leurs actifs et chercher de nouvelles juridictions pour leurs transactions. « Pour le moment c'est seulement dans les conversations, il faudra un certain temps aux acteurs du marché pour prendre une décision », a déclaré M. Koutnov.

Le processus de réimmatriculation des personnes morales, selon le chef du département conseil de Jones Lang LaSalle, Tim Millard, pourrait prendre de six mois à un an.

L'analyste en chef du département d'étude de Cushman & Wakefield Aleksandre Zinkovsky suggère que si la phase aiguë de la crise bancaire avait eu lieu à Chypre à la fin de l'année dernière, de nombreuses transactions d'investissement de grande envergure auraient été freinées. « D'une certaine manière, nous avons eu de la chance que ça ait lieu en mars, lorsque les négociations sur de nombreuses transactions immobilières commerciales en sont à un stade précoce et qu'il y est encore temps pour immatriculer autre part les personnes morales », indique-t-il.

Selon le partenaire de Pepeliaev Group Andreï Terechtchenko, la plupart des transactions actuellement structurées à Chypre peuvent être transférées vers des pays qui occupent les places suivantes dans le classement des investissements dans le marché immobilier russe. « Selon le Service fédéral des statistiques d'État, il s'agit du Luxembourg et des Pays-Bas, dont le régime fiscal est similaire à celui de Chypre », a-t-il expliqué. Il n'existe pas actuellement en Europe de pays dont la juridiction serait aussi commode que Chypre pour structurer les diverses transactions. « Par conséquent, je pense qu'il faudra choisir une juridiction en fonction de chaque transaction individuelle », a-t-il ajouté.

Toutefois, les experts sont divisés sur le lieu où pourraient être réimmatriculées les entreprises chypriotes par le biais desquelles sont contrôlées des actifs sur le marché immobilier russe. Ainsi, Tim Millard suggère qu'il pourrait s'agir des îles Vierges britanniques, de Guernesey, et d'autres. Pour sa part, Pavel Chichkine évoque la Lettonie ou Malte, dont les avantages sont proches du régime fiscal de Chypre.

Source : RBC.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.