"La Russie ne tire pas pleinement avantage de son adhésion à l'OMC"

Guerman Gref intervient au Forum Gaïdar. Crédit : RIA Novosti

Guerman Gref intervient au Forum Gaïdar. Crédit : RIA Novosti

Le PDG de Sberbank Guerman Gref, qui pendant huit ans passés au poste de ministre du Développement économique et du Commerce a réussi à achever les négociations bilatérales entre la Russie et de nombreuses grandes puissances commerciales dans le cadre de l'adhésion à l'OMC, a déclaré que le pays ne se sentait pas encore pleinement membre de cette organisation.

Le protocole sur l'adhésion de la Russie à l'Accord de Marrakech instituant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) est entré en vigueur le 22 août 2012. La Russie est alors devenue le 156e pays membre de l'OMC. Le document a été signé à Genève le 16 décembre 2011. Les ministres des pays membres de l'OMC ont approuvé l'adhésion de la Russie à l'organisation après 18 ans de négociations.

S'exprimant lors d'une séance plénière du Forum Gaïdar consacrée l'intégration mondiale, Guerman Gref a déclaré que suite à son adhésion à l'OMC, la Russie avait obtenu des opportunités et des règles lui permettant de jouer le jeu de la mondialisation.

« Avant, nous jouions dans une équipe d'amateurs, et maintenant on nous propose les Jeux Olympiques, et qu'on le veuille ou non, il faudra faire face à la concurrence sur la scène internationale, le monde joue déjà selon ces règles (OMC). Nous avons obtenu des règles grâce auxquelles nous pouvons jouer dans l'ère de la mondialisation », a-t-il dit.

Le numéro un de Sberbank a comparé les actions des fonctionnaires dans le cadre de l'OMC avec une équipe de hockey à laquelle on n'aurait pas expliqué les règles du jeu.

« Vous pouvez imaginer qu'on lance une équipe de hockey sans lui expliquer les règles du jeu, par exemple que le vainqueur est celui qui inscrit le plus de buts dans les cages de l'adversaire. Que se passe-t-il dans ce cas ? La première chose que j'ai envie de faire, c'est de cacher le palet et de ramper jusqu'aux cages de l'adversaire pour l'y déposer. Voilà ce que nous faisons actuellement à l'OMC », dit-il.

« Premièrement, nous ne sommes pas encore conscients que nous sommes sur une patinoire de hockey, et deuxièmement, nous ne connaissons absolument pas les règles selon lesquelles nous devons jouer », a déclaré Guerman Gref.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.