Un sous-marin russe tire des missiles de croisière contre Daech en Syrie

Une distance de frappe qui rend impuissant les radars d’un ennemi éventuel.

Une distance de frappe qui rend impuissant les radars d’un ennemi éventuel.

RIA Novosti
Le sous-marin russe Krasnodar du projet 636.3 (classe Kilo selon le code de l’Otan) a effectué un tir de missiles Kalibr contre les positions des terroristes de Daech en Syrie. Les experts affirment que les submersibles de cette classe sont capables de frapper à une distance faisant le triple, voire le quadruple des capacités de radars d’un éventuel ennemi.

Crédit : ReutersCrédit : Reuters

Les missiles de croisière ont été tirés contre des cibles de Daech situées près de Palmyre en Syrie. Selon l’agence iranienne Fars, l’armée gouvernementale syrienne stationne actuellement à une vingtaine de kilomètres à l’est de Palmyre et se prépare aux combats pour les champs gaziers d’Arak, dont la libération permettra aux troupes du président syrien Bachar el-Assad de lancer l’offensive contre Deir ez-Zor, ville assiégée depuis près de trois ans par les terroristes Daech qui en contrôlent une partie.

Selon le ministère russe de la Défense, l’opération a été réalisée par le sous-marin Krasnodar du projet 636.3 et la frégate Amiral Essen, qui ont tiré quatre missiles de croisière contre les extrémistes. La Russie a informé par avance les États-Unis, la Turquie et Israël d’une frappe depuis la mer Méditerranée.

Les « trous noirs » des forces navales russes

Les sous-marins du projet 636.3 Varchavianka, dont fait partie le submersible Krasnodar entré en jeu contre les terroristes, sont capables de déceler une cible à une distance faisant le triple, voire le quadruple de la capacité des radars d’un éventuel ennemi, a indiqué dans une interview à RBTH Igor Kassatonov, ancien commandant en chef de la Flotte russe de la mer Noire.

« Ce sont des sous-marins silencieux qu’il est difficile de repérer à l’aide d’un appareillage acoustique, ce qui leur permet d’arriver discrètement dans la zone d’attaque », a-t-il expliqué. Les nouveaux sous-marins ont été testés pour la première fois en 2015, lorsque le Rostov-sur-le-Don (submersible de ce projet) a tiré des missiles Kalibr contre des sites terroristes en Syrie.

Le projet compte actuellement cinq sous-marins et la Flotte de la mer Noire en aura prochainement un sixième à sa disposition, le Kolpino. Les marins de l’Otan ont qualifié ce dernier de « trou noir », le submersible présentant de grandes difficultés de détection pour l’ennemi, a souligné Igor Kassatonov. Ainsi, il sera possible d’achever la formation d’une escadrille de sous-marins dans la région. 

Crédit : ReutersCrédit : Reuters

Les missiles du Krasnodar

Tout comme les autres sous-marins du projet 636.3, le Krasnodar est doté de missiles de croisière sophistiqués Kalibr-PL d’une portée de 2 500 kilomètres. Le poids de la tête de combat est d’environ 500 kilos et l’onde de choc détruit tout sur son passage dans un rayon de plusieurs centaines de mètres autour de la cible atteinte. « C’est un obus explosif qui détruira facilement des fortifications en béton », a dit à RBTH Dmitri Safonov, analyste militaire du journal Izvestia

Démonstration de force navale

Selon Dmitri Safonov, les tirs du Krasnodar contre des cibles de Daech sont une opération onéreuse sans aucune finalité militaire. « De tels tirs visent à présenter le potentiel de notre flotte et de nos armes à nos éventuels clients des pays de l’Asie du Sud-Est et de l’Amérique latine, ainsi qu’à nos +partenaires+ de l’Otan qui déploient de nouvelles bases militaires en Europe orientale », a-t-il fait remarquer pour conclure.

Crédit : ReutersCrédit : Reuters

Lire aussi : 

La Russie testera ses missiles de croisière au large de la Libye

Pourquoi la Russie envoie deux nouveaux avions-espions en Syrie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.