Les Femmes de Lazare

TITRE Les Femmes de Lazare

AUTEUR Marina Stepnova

TRADUIT par Bernard Kreise

ÉDITIONS Les Escales


Dans cette impressionnante saga qui nous fait traverser pratiquement tout le XXe siècle russe sans jamais verser dans le drame ou l’ennui, Marina Stepnova met en scène trois générations de femmes dont les destins s’imbriquent autour de Lazare Lindt.

Il y a toujours quelque chose d’un peu monstrueux chez les génies et Lazare Lindt ne déroge pas à la règle ; propulsé par la puissance de son intelligence, il ne s’embarrasse pas de sentiments, ne fait allégeance à personne, ne flatte pas, ne ment pas et le sentiment de peur lui semble étranger, même face au redoutable Béria. Lorsque le jeune Lazare débarque chez son professeur il ne possède que sa morgue, un cahier et quelques poux. Il est accueilli par Maroussia, l’épouse du maître, comme l’enfant tant espéré qu’ils n’ont jamais eu. Alors que la femme s’empresse d’endosser le rôle de mère, le jeune homme tombe éperdument amoureux d’elle. Elle est son aînée de 30 ans, c’est une femme exceptionnelle qui forme avec son époux un couple très uni.

Père de la bombe atomique, couvert de prix et d’honneurs ce n’est qu’à la mort de Maroussia - il a déjà 60 ans – que Lindt jette son dévolu sur Galotchka, de 41 ans sa cadette. Il la fait quasiment enlever avec l’aide du KGB et l’accord tacite de ses parents terrassés par la peur… Après quelques années d’intense souffrance, Galotchka s’endurcit, elle devient Galina Petrovna, une nomenclaturiste puissante, capricieuse et cruelle.  Le couple a un fils dont il ne s’occupe guère et, à la mort de sa belle-fille, Galina récupère sa petite-fille, Lidotchka, à peine âgée de 5 ans. Comme son fils auparavant la petite fille n’éveille en elle aucun sentiment d’affection, juste un vague dégoût.

Privée de l’amour de ses parents Lidotchka est littéralement sauvée par la découverte d’un livre, Cadeau aux jeunes maîtresses de maison d’Elena Molokhovetz ; la magie des mots et l’alchimie des préparations culinaires apaisent les tourments de la petite fille. Plus tard Lidotchka deviendra une ballerine à laquelle s’offriront les plus grandes perspectives de carrière.

À travers le destin de ses héroïnes Marina Stepnova bouscule les règles du genre, brouille les pistes et questionne. Ainsi, malgré sa stérilité, c’est Maroussia qui symbolise la femme éternelle tandis que la riche et puissante Galotchka est finalement aussi négligeable qu’une petite coche, ce que signifie  son nom en russe. Et si comme le disait Lazare «…le sens de l’humour, le profil moral d’un individu, sa façon de boire ou même son odeur sui generis avaient sur le plan théorique une importance infiniment plus grande que les notions de citoyenneté ou que la carte génétique ? Et si, comme le montre notamment Lidotchka, dépositaire des secrets de cette Maroussia qu’elle n’a jamais connue et qui au-delà des ans la sauve, la filiation avait d’autres voies que le sang ?

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.