Un, deux, trois… quand les chiffres nous parlent

Dessin de Niyaz Karim

Dessin de Niyaz Karim

En Russie, les chiffres de un à cinq servent à noter les élèves mais ils ont aussi bien d’autres significations.

1. « Edenitsa » (chiffre un) : nul. C’est formellement la note la plus basse du barème, mais en réalité, elle est très peu utilisée et surtout pour désigner le zéro de conduite. On l’appelle aussi « kol » (le pieu). Le terme « odnouchka » sert pour un appartement F1.

2. « Dvoïka » : insuffisant. Il y a 20 ans, une « videodvoïka » était un combiné télé+vidéo. « Dvouchka » est un F2. Mais pour l’ancienne génération, la « dvouchka », reste la pièce de 2 kopeks, utilisée en URSS pour téléphoner depuis les cabines publiques.

3. « Troïka » : passable. Connu dans le monde entier comme l’attelage à trois chevaux typiquement russe. Aujourd’hui, la « troïka » est le costume trois pièces avec le gilet assorti. « Triochka » est un F3. Mais à l’époque soviétique, c’était aussi le billet de 3 roubles (également appelé le « troïak »). Entre 1950 et 1970, une bouteille de vodka coûtait 3 roubles, les compagnons de beuverie se réunissaient à trois, mettaient chacun un rouble, achetaient un demi-litre et le buvaient sur un banc en se faisant tourner un verre commun et en refaisant le monde.

4. « Tchetverka » : bien. « Tchetvert’ » (le quart), utilisé pour indiquer le quart d’heure. Par exemple, 11h15 (onze heures et quart). « Tchetvert’ », c’est aussi le trimestre de l’année scolaire.

5. « Piaterka » : excellent. Désignait également le billet de 5 roubles. Aussi pour sa promotion, la chaîne de magasin « Piaterotchka » vise les deux notions : excellent et pas cher. Du temps de l’URSS, la pièce de 5 kopeks s’appelait « piatak » et servait comme jeton de métro (dont le prix est resté inchangé pendant des dizaines d’années). Le diminutif « piatatchok » servait pour le groin du cochon (de la taille de la pièce). De là est parti l’argot « dat’ v piatak » (taper dans le groin :frapper au visage). « Piaternia » désigne la main du fait des cinq doigts, tandis que l’expression « Daï piat’ ! » (tape cinq) invite à se taper dans la main en signe de complicité.

6. « Chesterka » : la plus faible du jeu de 36 cartes. C’est pourquoi, dans le jargon des taulards, « chesterka » désigne le larbin, le plus bas dans la hiérarchie criminelle. Au sens plus large, c’est le modèle le plus répandu de la lada Jigouli.

7. « Semerka » fait surtout référence au western américain « Velikolepnaïa semerka » (Les sept mercenaires).

8. « Vosmerka », désigne une roue de vélo voilée.

9. « Deviatka », c’est le plus beau marquage de but, dans la lucarne. Mais aussi un autre modèle de Lada Jigouli, ainsi que la bière Baltika la plus alcoolisée à 9 degrés (bue par les vrais poivrots).

10. « Desiatka », c’est le centre de la cible, le mille. « Popast’ v desiatkou » (toucher le mille), c’est réussir quelque chose. Sert également à désigner le billet de 10 roubles qui a tendance à être remplacé par une pièce de monnaie.

50. Le billet de 50 roubles était appelé « poltinnik » (moitié de cents). En URSS, on parlait aussi de la pièce de 50 kopeks. Malgré tous les retournements économiques, les « poltinnikis » des différentes époques sont restés à peu près équivalents.

100. Le billet de cents : « sotnia » ou plus familièrement « stolnik ». « Sotka », unité de mesure pour 100 m2. Le plus courant est le « chest’ sotok » (600 m2) qui est le terrain standard pour une datcha. Le mot « sto » (cents) s’utilise souvent pour désigner le plus haut point de quelque chose. Par exemple, l’expression « stopoudovo ! » (100 pourcent !) pour renforcer une promesse ou « vygliadet’ na vse sto » (être sur son trente et un).

« Dvoika », « troïka », « tchetverka », etc, servaient à désigner les numéros des transports en commun. Toujours d’actualité dans certaines petites villes, à Moscou, on est depuis longtemps passés au numéros à trois chiffres.

 

Réagissez à cet article en tweetant @larussie #LangueRusse


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies