Les Russes à l’assaut des Alpes

Cette semaine précisément, il y a plus de russes que d’autres touristes. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle la « semaine russe ». Crédit : Valeri Levitine/RIA Novosti

Cette semaine précisément, il y a plus de russes que d’autres touristes. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle la « semaine russe ». Crédit : Valeri Levitine/RIA Novosti

Les Alpes auraient-elles perdu leur charme pour le public russe si même les grands habitués comme l’oligarche Mikhaïl Prokhorov ne viennent plus réveillonner en fanfare dans le coin. Non, car force est de constater que les Russes sont toujours bel et bien présents sur les pistes alpines.

Ainsi, Nathalie Fort, l’attachée de presse de l’agence touristique de Courchevel, assure que la célèbre station de ski a acceuilli en 2012 plus de 20 000 touristes russes, ce qui représente 12% du flux touristique total.

Les vedettes russes du showbiz comme les chanteurs Dima Bilan, Soso Pavliachvili, Glukoza ou le producteur Igor Matvienko ont littéralement pris d’assaut les Alpes. Venus pour skier, se détendre et même travailler pour certains.

Cette semaine précisément, il y a plus de russes que d’autres touristes. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle la « semaine russe ».

Pour cette « semaine russe », les autorités de Courchevel, ancien petit village olympique situé à 1 850 m d’altitude, se plient en quatre, comme eses commerçants. Rien d’étonnant si l’on considère que ces journées représentent la part belle de leur chiffre d’affaire annuel. Décorations de Noël à tous les coins de rue, programme musical russe, descente aux flambeaux, et bien-sûr la venue du Père Noël, tout est bon pour satisfaire les touristes.

La radio Séquence FM s’est même mise au russe pour l’occasion, raconte la journaliste Inga Picha. Anastasia Chevtchenko, correspondante russe pour Sequence FM, souligne que ces dernières années, le public de Courchevel a considérablement rajeuni et l’âge moyen tourne autour de 30-35 ans.

Les 9 et 10 janvier, la patinoire a été transformée en court de tennis pour accueillir le tournoi Classic Tennis Tour, opposant les « vétérans » Evguéni Kafelnikov et Andreï Tchesnakov à Cédric Pioline et Fabrice Santoro. L’année dernière, les Russes ont remporté le tournoi contre Henri Leconte et Mansour Bakhrami. 2 000 supporters russes étaient venus à « Courchevelsk »  pour encourager leurs compatriotes.

Mais le public russe commence à s’intéresser également à d’autres stations proches comme Tignes, à seulement 30 km ou 1h30 de route, où ils sont aujourd’hui des milliers à se rendre.

« L’année dernière, nous avons accueilli 6 000 Russes, et cette année encore davantage. Nous sommes situés plus haut que Courchevel, à 2 100 m. La saison dure ici 10 mois par an. Tignes attire surtout les amateurs de freeride et de snowboard », raconte Isabelle Janson, la représentante russophone de l’agence de Tignes.

Paru sur le site de Rossiyskaya Gazeta le 11 janvier 2013.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.