Les fans du Zenit appellent les dirigeants du club à se passer des services des homosexuels et des noirs

Après avoir dépensé des sommes astronomiques pour attirer Hulk et Witsel, le capitaine de l’équipe Zenit Igor Denisov est ouvertement entré en conflit avec sa direction en exigeant une hausse de son salaire. Sur la photo Axel Witsel. Crédit : Itar-Ta

Après avoir dépensé des sommes astronomiques pour attirer Hulk et Witsel, le capitaine de l’équipe Zenit Igor Denisov est ouvertement entré en conflit avec sa direction en exigeant une hausse de son salaire. Sur la photo Axel Witsel. Crédit : Itar-Ta

Des supporters du Zenit ont rédigé un texte dans lequel ils développent leur vision de la façon dont devrait être composé l’effectif de l’équipe. Selon eux, le club devrait arrêter d’acheter des footballeurs gays ou noirs. Le danger de voir une escalade des tensions dans le football russe et une détérioration de l’image du pays, qui organisera le Mondial 2018, inquiète les spécialistes.

En Russie, la saison de football a été riche en scandales. Et c’est le Zenit de Saint-Pétersbourg qui s’est le plus souvent trouvé au centre de l’attention. Après avoir dépensé des sommes astronomiques pour attirer Hulk et Witsel, le capitaine de l’équipe Igor Denisov est ouvertement entré en conflit avec sa direction en exigeant une hausse de son salaire. Le joueur a finalement été relégué dans l’équipe réserve, ratant ainsi plusieurs matchs importants.

Et l’histoire du pétard lancé par les supporteurs du Zenit en direction d’Anton Chounine, gardien du Dynamo Moscou, a également fait pas mal de vagues.  

En cette fin d’année, des partisans du club pétersbourgeois ont à nouveau secoué le monde du ballon rond en publiant sur leur site un manifeste intitulé « Sélection-12 », dans lequel ils partagent leur vision de la façon dont devrait être formé l’effectif de l’équipe.

Ces fans se sont entre autres prononcés contre l’acquisition de joueurs de couleur ou issus de minorités sexuelles, mais aussi de « mercenaires qui changent constamment de clubs ». D’après les auteurs du texte, le Zenit ne devrait engager que des joueurs « possédant des qualités de guerriers et originaires de Saint-Pétersbourg et de sa région, ou à la limite de pays slaves et scandinaves »

« Nous avons longtemps débattu du texte sur un forum, et plus de 90% des participants à la discussion ont voté en sa faveur », ont révélé les représentants du groupe de supporters du Zenit au journal Metro. « Le manifeste n’est pas un ultimatum. Il s’agit simplement d’un point de vue partagé par des personnes qui soutiennent l’équipe depuis des années ».

Ces fans ne considèrent d’ailleurs pas leurs idées comme racistes. « Pour nous, l’absence de joueurs de couleur dans l’effectif du Zenit est une tradition importante, rien de plus. C’est le seul moyen pour notre club de conserver son identité », précisent-ils dans le manifeste. 

« La démarche des partisans du Zenit a un sens. Lorsque Barcelone sort 11 joueurs du cru, tout le monde crie au génie », a de son côté déclaré à Gazeta.ru Maxime Karotine, spécialiste des mouvements de supporters, en commentant le manifeste. 

De son côté, la direction du Zenit a réagi avec calme en rédigeant un communiqué officiel, relayé par le service de presse du club, dans lequel elle utilise des formulations toutes faites. Elle indique notamment que « les joueurs sont choisis par le club non pas selon leur origine ou leur couleur de peau, mais seulement sur la base de leurs compétences sportives et de leurs performances ». Mais les spécialistes du foot n’ont pas hésité à utiliser des termes plus durs. 

Nikita Simonian, légende du football russe et premier vice-président de la Fédération russe de football, condamne l’action des supporters du club du Nord. « Il est très étrange d’entendre ce genre de propos alors que le monde entier essaye de s’unir. Des gens de religions et de couleurs de peau différentes vivent ensemble », a ainsi déclaré Simonian au quotidien Izvestia. « Ces propos sont donc complètement déplacéset portent un sérieux coup non seulement à l’image du club, mais aussi à celle du pays ».

L’ancienne gloire du Zenit et champion d’URSS en 1984 Sergueï Vedeneïev estime quant à lui que les intérêts de certaines personnes se cachent derrière ces déclarations.

« Des gens de différentes nationalités vivent et étudient à Saint-Pétersbourg. On trouve cette même diversité dans les écoles de football. Une personne normale ne se permettrait jamais de tels propos. Il s’agit donc d’une demande provenant d’une certaine partie de la société. Il est très facile d’influencer les jeunes. Il faut comprendre à qui profite la montée de la haine et de l’agressivité, tant à Saint-Pétersbourg que dans le reste du pays »

Le président de l'Union des supporters de Russie Alexandre Chpryguine déclare de son côté qu’il a demandé à des juristes de porter ce « complot » devant les tribunaux. « Tous ici sont prêts à faire des supporteurs des racistes », a-t-il indiqué à Gazeta.ru. « J’ai moi-même bien lu le document et je n’y ai rien trouvé de criminel. Chaque fan club ou groupe de supporters a le droit d’avoir ses propres opinions ».

Article basé sur diverses sources d’Izvestia, Kommersant et Gazeta.ru.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.