Endurance intellectuelle récompensée

Irina Prokhorova Crédit : Itar-Tass

Irina Prokhorova Crédit : Itar-Tass

Irina Prokhorova a été décorée mardi de la Légion d’honneur à l’ambassade de France à Moscou.

Certains avaient tiqué lorsque son frère, le milliardaire Mikhaïl Prokhorov, avait obtenu la même récompense l’année dernière et au même endroit. Mais pour ceux qui suivent l’actualité culturelle russe, les honneurs reçus par Irina Prokhorova sont amplement mérités. L’éditrice et rédactrice en chef de la Nouvelle Revue Littéraire a traduit et publié en russe un grand nombre de travaux incontournables de sociologues, philosophes et essayistes français. « C’est un très beau cadeau  pour notre revue, qui va très bientôt célébrer ses 20 ans d’existence », a souligné avec émotion Irina Prokhorova. Modeste comme à son habitude, elle a tenu à remercier bien bas ses collaborateurs et son frère cadet, « homme d’affaires devenu homme politique, et sans l’aide de qui tout ce travail n’aurait pas été possible ». L’ambassadeur Jean de Gliniasty indiqué que c’était « un grand honneur pour la France qu’un esprit aussi indépendant et libre démontre un grand intérêt pour la culture française en Russie ».

Rappelons qu’à la tête du Fonds Mikhaïl Prokhorov, elle a organisé de nombreux événements artistiques sur l’axe franco-russe (mais pas seulement), dont le festival « Sibérie Inconnue » restée dans les mémoires des lyonnais et qui fût l’un des grands moments de l’année croisée France Russie en 2010. Une cinquantaine de personnes se sont massées au premier étage de la résidence de l’ambassadeur pour assister à la cérémonie et féliciter Irina Prokhorova. Son frère était bien sûr présent, suivit d’une équipe de télévision de RBC, la chaîne dont il est propriétaire. Mais aussi des figures de la vie culturelle russe, comme le metteur en scène Kirill Serebrennikov. Côté français, outre les diplomates en poste à Moscou, était présent Jean-Pierre Chevènement, récemment nommé représentant spécial du Quai d'Orsay pour la Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.