Festival de la gastronomie russe à Monaco

Source : service de presse

Source : service de presse

Le rocher brille de mille feux. Les décorations de Noël ravissent la vue des promeneurs. Le casino resplendit. Au premier étage du Café de Paris, les saisons russes initiées il y a un siècle par Sergueï Diaghilev, fondateur des ballets russes, se poursuivent : il est temps de rejoindre la grande soirée musicale où les chefs Igor Shupurov et Jean-Claude Brugel se chargent de ravir le palais des invités avec la bénédiction du consul de Russie venu spécialement de Marseille pour l’événement.

Une ambiance féérique

La grande salle est bercée de tons bleus. Un tourbillon de musique russe retentit. Les serveurs s’affairent à remplir toute coupe de champagne restée vide par mégarde. Sur la gauche, de nombreux plats sont exposés. Russes et Français les admirent, sans trop oser y toucher. Du pain à la tapenade est proposé aux aventuriers accompagné de légumes marinés ou de jambon ibérique. D’autres zakouski attirent les regards. Sur des tables immaculées dressées au milieu de la pièce, des verrines revisitent la traditionnelle recette russe du « hareng sous la fourrure ». Maria, jeune russe immigrée à Monaco est séduite : « On reconnaît la recette traditionnelle mais la texture est plus légère, aérienne. C’est une version inédite en Russie ! » plaisante-t-elle.

Une cuisine sous le signe de l’amitié franco-russe


Source : service de presse


Des jeunes femmes juchées sur de hauts talons déambulent d’une table à une autre en riant. Sur la terrasse, certains admirent la vue du casino : « Il rivalise avec notre Kremlin ! » plaisante un jeune homme en russe. De nouvelles spécialités sont proposées par les chefs : un somptueux jambon en croute trône sur la table centrale et intrigue les convives. Il est accompagné de pommes de terre rissolées, de petits pois et d’une appétissante crème de carottes. D’élégants cuisiniers découpent avec délicatesse un bloc de foie gras truffé. Les serveurs proposent à tous des verres de vodka pour célébrer l’amitié franco-russe. Un peu plus loin, l’assistance découvre un risotto crémeux et une soupe de betterave qui n’est pas sans rappeler le fameux bortsch russe. Français comme Slaves retrouvent les saveurs de leur pays avec une petite touche d’excentricité qui est loin de leur déplaire. Clément est venu de Nice pour l’occasion : « l’idée d’une soirée gastronomique où les mets russes seraient revisités par des chefs français m’a séduite. J’ai beaucoup aimé le jambon et le borchtch, très différent de ce que j’avais pu goûter au cours de mon voyage en Russie ! J’ai trouvé délicieux les petits feuilletés à la viande qui ont été servis au début de la soirée. »

}

Le dessert tant attendu

Source : service de presse

Petit à petit, les entremets salés laissent place aux délices sucrés imaginés par les cuisiniers français et russes. Un mille-feuille revisité attire le regard des gourmands : surmonté d’une épaisse couche de crème chantilly et de fruits rouges, il promet des saveurs étonnantes. Pour Katia, c’est la combinaison parfaite des deux cuisines à l’honneur ce soir : « La légèreté et la finesse de la pâte feuilletée française associée à la crème et aux fruits rouges que nous les Russes aimons tant ! » explique-t-elle.

Les Russes font la queue pour déguster les fameux vareniki farcis de cerises accompagnés de mûres juteuses. Sur la table adjacente, mangues, bananes, clémentines et kiwis sont débités en fines tranches. Des grands classiques de la cuisine française sont élégamment disposés sur les tables centrales : tarte au citron meringuée, opéra, tartelette à la fraise, flan au pruneau et macarons enchantent les becs sucrés. Certains préfèrent déguster un café ou un autre verre de vodka. La fête bat son plein, les robes scintillent, des rires de tous pays éclatent. Une illustration du Kremlin est projetée sur les murs.

Russes, Français et amoureux de la gastronomie de tous horizons quittent la fête grisés par la beauté de l’art culinaire associé à la musique et aux créations artistiques. Pour une soirée, les nuits monégasques ont ravi les sens des noctambules et rivalisé avec les célèbres nuits moscovites.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.