L’oblast d’Ivanovski achète les archives d’Andreï Tarkovsky pour 2 millions de dollars

Parmi les archives, se trouvaient les versions originales des scénarios de « Solaris », « Blanche, blanche journée » et « Stalker ». Crédit photo : Itar TASS

Parmi les archives, se trouvaient les versions originales des scénarios de « Solaris », « Blanche, blanche journée » et « Stalker ». Crédit photo : Itar TASS

Les archives du réalisateur Andreï Tarkovsky ont été présentées mercredi aux enchères de Sotheby à Londres, elles ont été achetées par le représentant officiel de la région d’Ivanovo et seront livrées à la maison-musée du réalisateur dans la ville de Yurevets, a communiqué à RIA Novosti le gouverneur de l’oblast d’Ivanovski, Mikhaïl Men.

Les archives ont été mises aux enchères par Olga Sokourova, chercheuse et étudiante de Tarkovsky, qui était également la co-auteure du livre « Sculpting in Time »,dans lequel le réalisateur parle de ses films, ainsi que des films et de l’art en général. Les archives concernent la vie personnelle et professionnelle du réalisateur.

Le gouverneur Mikhaïl Men a déclaré qu’il était impératif de trouver des moyens hors budget pour le retour des archives de Tarkovsky en Russie dans le pays du réalisateur de la ville de Yurevets. Des ONG, des businessmen, et des partenaires du festival international du nom du film de Tarkovsky, « Zerkalo », qui a lieu chaque année dans l’oblast d’Ivanovski ont participé à la récolte d’argent.

« L’unique héritage du réalisateur a été vendu pour la somme d’1. 300. 000£. 22 représentants ont participé aux offres aux enchères, au final restaient le représentant de l’oblast d’Ivanovski, le célèbre réalisateur Lars von Trier et un collectionneur inconnu », a indiqué un collaborateur de l’agence.

Plus tôt le ministre de la Culture de la fédération de Russie, Vladimir Medinski, s’était exprimé dans les médias pour l’achat et le retour en Russie des archives de Tarkovsky.

« Nous avons, de concert avec le ministère de la culture, fait tout notre possible pour attirer l’attention de la société sur cet événement, et faire revenir les archives du grand réalisateur dans le pays. Nous remercions les mécènes », a dit Mikhaïl Men.

Parmi les archives, se trouvaient les versions originales (du réalisateur) des scénarios de « Solaris », « Blanche, blanche journée » (rebaptisé « Le Mirroir ») et « Stalker ». Elles avaient déjà été publiées, mais à un faible tirage, c’est pourquoi les copies présentées aux enchères sont peut-être les seules copies conservées.

Ces scénarios ne contiennent pas seulement les répliques des protagonistes mais également des instructions de positionnement de la caméra, des angles de prise de vue. Certaines idées du réalisateur se différencient de celles des cadres, qui au final ont constitué le film. Cependant, aux enchères était présenté le manuscrit du livre « Sculpting in Time», publié par Tarkovsky en 1986 et devenu un classique parmi les livres sur le cinéma.

On trouve également dans la collection des bloc-notes avec une description des cadres des films, 32 cassettes audio commentées par le réalisateur, des albums-photos privés avec des images de Tarkovsky et sa famille, ses amis, et également d’autres personnalités comme Mstislav Rostropovitch.

L’une des archives les plus intéressantes du lot est une lettre adressée à Léonid Brejnev dans laquelle Tarkovsky lui demande l’autorisation de tourner en URSS et de montrer ses films interdits dans le pays.

Sourkova avait indiqué, qu’à plusieurs reprises, on avait proposé à la Russie la vente des archives. « J’ai proposé d’acheter les archives pour une somme symbolique, la première fois 12.000 dollars, la deuxième fois 30.000 dollars. Personne n’était intéressé », a-t-elle indiqué à l’agence Interfax.

Le festival international Andreï Tarkovsky « Zerkalo » a lieu dans l’oblast d’Ivanovski chaque année depuis 2007. La maison-musée a été ouverte en 1996 dans la maison où le réalisateur  a passé son enfance.

Matériel basé sur les articles des sites RIA Novosti et Echo Msk.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.