La FIFA veut se débarrasser des « tiers »

 La FIFA abordera le problème au cours de sa première session en 2013 et changera probablement les règles pour toutes les ligues du monde. Crédit : AP

La FIFA abordera le problème au cours de sa première session en 2013 et changera probablement les règles pour toutes les ligues du monde. Crédit : AP

La FIFA envisage d'interdire à partir de 2013 l’inscription de joueurs faisant l’objet de contrats de « propriété par des tiers » dans ses compétitions.

Cette décision vraiment historique a été annoncée par la Commission du football de la FIFA, dirigée par le président de l’UEFA Michel Platini. Outre la légende française, la commission compte actuellement plusieurs joueurs internationaux célèbres, y compris l’Allemand Franz Beckenbauer, le Brésilien Pelé et l’Australien Kewell.

La FIFA abordera le problème au cours de sa première session en 2013 et changera probablement les règles pour toutes les ligues du monde. La loi autorisant la possession des droits économiques de joueurs exclusivement au clubs existe depuis longtemps dans plusieurs ligues internationales, mais n’a pas encore été acceptée en Italie, en Espagne, en Allemagne, au Portugal et en Amérique du Sud.

En Russie, les droits de footballeurs n’ont jamais appartenu à des tiers. Selon les règlements de la Premier League de Russie, tous les paiements sur les transferts de joueurs peuvent être adressés uniquement aux clubs.

Mais les équipes russes ont à plusieurs reprises fait face à des prix mercato gonflés. Ainsi, le Zénit Saint-Pétersbourg a acquiert le Brésilien Hulk pour près de 60 millions d’euros, dont 40 millions sont revenus au FC Porto, club précédent du jeune footballeur, le reste étant distribué parmi les agents et les entreprises, qui avaient acheté les droits de l’attaquant.

Un autre exemple : le transfert attendu de l’Argentin Matías Suárez du RSC Anderlecht au CSKA Moscou. Le club moscovite a déjà discuté de tous les détails avec l’administration de l’équipe de Bruxelles, mais ne parvient pas à s’entendre avec de nombreux agents de footballeurs, qui détiennent une partie des droits du joueur.

Selon Arsen Minasov, célèbre agent russe de la FIFA, la décision de la fédération de foot pourrait protéger les clubs des prix excessifs.

« La FIFA est sur le bon chemin. À mon avis, les droits d’un footballeur ne peuvent être vendus par son club qu’à un autre club. Mais dans ce cas, il y a un problème particulier. Quand le contrat du joueur expire, ces droits n’appartiennent qu’à lui. Il peut faire un passage à un autre club, signer un accord de prêt ou vendre ses droits à une entreprise intéressée. Si la FIFA prend la décision d’interdire ce genre d’accords, le football mondial n’en que bénéficiera. Les clubs éviteront de payer trop pour les transferts, tandis que les agents pourront contacter exclusivement avec des représentants de clubs », explique M.Minasov.

Actuellement, un transfert est effectué de la manière suivante : un club n’a pas les moyens d’acheter un joueur et contacte une entreprise capable d’y investir de l’argent. Pour cela la compagnie reçoit une part du salaire du joueur et, s’il se voit vendu de nouveau, gagne une partie de la somme du transfert.

L’agent allemand Andreas Saldo estime que de telles méthodes sont inacceptables et que le football international ne peut être sauvé que par les initiatives de M.Platini.

« Chaque jour le football se transforme de plus en plus en business », a déclaré M.Saldo dans une interview accordée à Izvestia. « J’aime les projets proposés par le président de l’UEFA Michel Platini. Ses idées du Fair Play financier et de l’interdiction de l’acquisition des joueurs par des tiers, pourraient sauver le sport le plus populaire. Sinon, d’ici 15 - 20 ans, les clubs seront écrasés par des dettes, et le foot perdra son statut mondial », a-t-il expliqué.

Un autre agent de renom de la FIFA, l’Ukrainien Andrey Golovash, estime pour sa part que la décision de la FIFA permettra de réduire la corruption au sein du football.

« La FIFA essaie de purifier le foot », a déclaré le responsable au quotidien Izvestia. « C’est principalement suite aux divers schémas d’achat et de vente des joueurs, que le football a été envahi par des gens qui s’occupent de machinations financiers. Ces « intrus » ne connaissent souvent rien au football, mais règlent des problèmes au plus haut niveau. La FIFA veut lutter contre la corruption, et l’introduction de cette règle au monde entier va avoir un impact positif sur le sport. Tout le monde, y compris les clubs, les joueurs et les agents, veulent voir cette initiative réalisée ».

Paru sur le site d'Izvestia le 19 novembre 2012.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.