Exposition de Philippe Découflé à Moscou

Pholippe Découflé et ses danseuses. Source : service de presse de la salle d'exposition du Manège de Moscou

Pholippe Découflé et ses danseuses. Source : service de presse de la salle d'exposition du Manège de Moscou

Du 14 novembre au 2 décembre, le festival NET (Nouveau théâtre européen) investit de nombreux espaces artistiques de la capitale russe. Dans le cadre de cet évènement, le choréographe et metteur en scène français Philippe Découflé présente son spectacle Octopus et son exposition Opticon, présentée cet été au Parc de la Villette à Paris.

« Chers spectateurs, nous vous rappelons que ce spectacle s’adresse aux personnes de plus de 18 ans ! » La salle est comble, le décor minimaliste : une table, une chaise et un écran de projection en arrière plan. Les lumières s’éteignent, un acteur s’assoit à table et interprète la danse de celui qui ne tient pas en place. Peu à peu, il est rejoint par le reste de la troupe. Que le spectacle commence !

Le nouveau spectacle de Philippe Découflé, ce n’est pas seulement de la danse, c’est un savant mélange de chorégraphie, d’installation vidéo et de musique vivante. Durant une heure et demi, huit artistes enchantent le public par leur grâce et la beauté plastique des corps (certains passages sont dansés seins nus), par leur interaction avec des images vidéo projetées et leur humour ravageur dans le passage des « ventres parlants » ou la parodie du défilé de mode.

Le spectacle est une suite de saynètyes avec chacune son propre sujet et ses personnages mais réunies sous le signe de l’amour et de la beauté. Comme dans ce duo entre ce jeune homme athlétique et cette nymphe miniature, la danse des cordes ou encore dans la danse finale de la pieuvre.

La mise en musique assurée par Labyala Nosfell et Pierre Le Bourgeois qui va de la chanson avec des balades rock romantiques aux improvisations de beatbox est un élément essentiel du spectacle. De temps en temps, un danseur descend dans la fosse d’orchestre pour une danse sur les percussions ou bien entonner un refrain. Parfois, la musique s’interrompt pour faire place à de courtes digressions lyriques, des interludes de dialogues absurdes dans la verve du russe Danil Kharms ou de Raymond Quenaud. Mais étrangement, ce pot-pourri de genres est loin d’être perçu comme quelque chose de brouillon. Au contraire, cela tend à créer une dynamique qui a conquis le public russe.

Pour son exposition sur les images et les effets d’optique Opticon qui s’est ouverte au lendemain du spectacle le 15 novembre dans le hall d’exposition du Nouveau Manège, Philippe Découflé s’est entièrement tourné vers l’interactif. Ici, le spectateur devient acteur : « L’idée est de partager l’art avec le public et de lui permettre de trouver les limites de son imagination », explique Philippe Découflé.

Le « Kaléidoscope géant » est un vaste espace où des formes et couleurs sont projetées aux murs et au sol. Source : service de presse de la salle d'exposition du Manège de Moscou

Ce sont des installations vidéo qui demandent la participation active de chacun et dont le maître-mot est le « Jeu ». Selon M. Découflé, Opticon est « purement ludique » et les objets exposés ne sont rien d’autres que des « jouets modernes. » Ainsi, même dans le titre, l’auteur a su placer un jeu de mots : Opticon, « jouer au petit con ».

Son kaléidoscope géant, vaste espace où des formes et couleurs sont projetées aux murs et au sol donne l’impulsion du mouvement, et le « Plasma japonais » permettant de se voir de face et de dos en même temps donne envie de tourner et de se contorsionner pour voir ce que ça donne à l’écran. Ou encore le « Dessinator » dont le principe est de crééer des dessins sur l’écran vidéo en agitant des « baguettes magiques », divers objets en matière luminiscente grâce auxquels tout geste devient trait de dessin.

Cela fait 6 ans que Philippe Découflé et son équipe travaillent à ce genre de jeux optiques. « On peut jouer comme ça à l’infini », avoue l’artiste. Cet été, au Parc de la Villette, le public parisien a eu le plaisir de découvrir près de 30 installations. Même si à Moscou seulement 6 installations sont exposées, le public russe n’est pas en reste et démontre déjà son intérêt pour l’artiste français.

L’exposition Opticon de Philippe Découflé se tiendra à Moscou au Nouveau Manège jusqu’au 2 décembre. Davantage de renseignements sur le site du festival NET.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.