Ijevsk : le berceau des armes russes

Le monument aux armuriers à Ijevsk. Crédit photo : ITAR-TASS

Le monument aux armuriers à Ijevsk. Crédit photo : ITAR-TASS

Depuis 200 ans, Ijevsk, capitale de la république russe d’Oudmourtie, constitue un centre important de l’industrie militaire du pays, au même titre que la ville de Toula.

Le 10 juin 1807, les autorités y ont fondé une usine militaire, que l’on appellerait aujourd’hui une entreprise d’importance stratégique. Grâce à une disposition particulière du gouvernement, l’usine a toujours été la première à recevoir tous les équipements nécessaires et, par conséquent, se développait très rapidement.

Si au cours de la première année de son existence, l’entreprise n’a produit que sept fusils à poudre noire, durant la campagne russe de Napoléon, les armuriers d’Ijevsk en ont fabriqué plus de 6 000 ! Et pendant la première moitié du XIXe siècle, l’usine d’armement d’Ijevsk a produit un tiers de toutes les armes russes.

C’est dans l'usine d'Ijevsk que l’Union soviétique produisait au cours de la Seconde Guerre mondiale ses célèbres armements qui rendaient l’Armée rouge si mobile et si efficace, y compris les fusils antichar PTRD et PTRS, les mitrailleuses Berezin UB, les canons ShVAK et d’autres : près de 20 différents armements au total.

Mais c’est grâce à l’œuvre de l’ingénieur soviétique Mikhaïl Kalachnikov que l’usine d’Ijevsk est devenue vraiment célèbre. A peine fabriqué par l’usine en 1949, son fusil d’assaut, l’AK, ou tout simplement Kalachnikov, est devenu une légende. M. Kalachnikov a fait déposer au total 35 brevets d’invention, ayant conçu des mitrailleuses et des carabines de chasse, mais c’est l’AK qui lui a apporté la renommée internationale, ainsi qu’à Ijevsk et à son usine d’armement.

La Kalachnikov est l’arme légère la plus répandue dans le monde, toujours sans égal en termes de simplicité, de fiabilité, de précision, de poids, de dimensions et de polyvalence. Parmi les Kalachnikov il y a des modèles de calibre de 5,56 mm, répandus dans les pays membres de l’Otan, et de 7,62 mm, utilisés en URSS.

Ce n’est pas étonnant que le musée d’Ijevsk dédié aux armements ait été baptisé en l’honneur de M. Kalachnikov. Mais le musée n’est pas uniquement consacré au célèbre ingénieur et à ses inventions. Il présente également toute l’histoire de l’industrie d’armement de la ville.

Exposant de nombreuses pièces interactives, le musée Kalachnikov illustre l’histoire des armes en tant que l’un des aspects de la culture technique du monde.

Les visiteurs peuvent y voir une exposition consacrée à l’histoire de l’industrie d’armements, comprenant toutes les armes produites par l’usine d’Ijevsk, du fusil à platine à silex aux armements modernes, comme l’AK et l’AN-94.

En outre, le musée comprend l’exposition permanente Le destin d’un homme, dédiée à Mikhaïl Kalachnikov.

Les excursions s’achèvent dans les showrooms, ou tout simplement des stands de tir pour armes à feu, arbalètes et armes pneumatiques. Dans une ambiance « high-tech » permettant de simuler diverses situations de combat, les visiteurs peuvent tester eux mêmes les célèbres armes d’Ijevsk et apprécier leur précision.

L’article original est disponible sur Culture.ru.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.