Le nouveau musée Juif de Moscou appelle à la tolérance

Crédit : Emmanuel Grynszpan

Crédit : Emmanuel Grynszpan

Une impressionnante collection de documents historiques et de film documentaires retrace les deux derniers siècles de l’existence des Juifs sur le territoire russe. Ce premier musée Juif de Russie a été financé par des fonds privés et sera ouvert au public à partir de lundi 12 novembre.

Le président Israélien Shimon Peres s’est déplacé à Moscou pour l’inauguration du premier musée Juif. Crédit : Emmanuel Grynszpan


Le président Israélien Shimon Peres s’est déplacé à Moscou pour l’inauguration de ce qui est désormais le plus vaste musée Juif du monde. Il occupe les 8500m² du « Garage Bakhmetievski », un bâtiment constructiviste construit en 1927 par le célèbre architecte Konstantin Melnikov. Jusqu’à l’année dernière, le « Garage » abritait un centre d’art contemporain très couru. La fédération des communautés juives de Russie, qui est propriétaire des murs depuis 2001, caressait depuis dix ans le projet d’y ouvrir, ce qui est devenu possible après de longs travaux de recherche une levée de 50 millions de dollars venant de donateurs privés.

Le résultat est remarquable. Par sa conception, par la richesse de sa collection et par l’émotion qu’il procure, ce musée se hisse dès son ouverture parmi les lieux incontournables à visiter dans la capitale russe, qui n’en est pourtant pas avare. « Nous avons pensé le musée comme un parcours chronologique sur deux axes amenant tous deux à la seconde guerre mondiale », explique Ralph Appelbaum, concepteur du musée. « Nous avons peu d’objets originaux à part le tank T-34 qui a libéré l’Europe, mais nous avons concentré nos efforts sur la collecte et la création de films documentaires ». L’agencement savant des éclairages attire l’attention du visiteur sur de vaste photographies murales, sur des sculptures et artefacts décrivant la vie des Juifs, depuis les shtetls (village à population majorité juive) du 18ème siècle, dans la « zone de résidence » où les Juifs étaient cantonnés par le pouvoir tsariste jusqu’aux grandes villes du 20ème siècle.

Itinéraire chronologique

Le parcours démarre par la projection d’un film de 10 minutes « le commencement » depuis la création jusqu’au début de la Diaspora. En sortant de la salle de cinéma, on tombe sur une vaste « carte de l’émigration » sphérique illustrant l’éparpillement géographique singulier des Hébreux. Des maquettes grandeur nature, avec hologrammes, vidéos, sculptures, reconstituent les intérieurs des foyers juifs dans les shtetls. Puis l’exode vers les villes à la fin du 19ème, retracé avec l’exemple d’Odessa, ville ouverte, où l’on peut s’asseoir à la table de l’écrivain et dramaturge Cholem Aleikhem (et à celles d’autres personnalités juives locales). Ralph Appelbaum s’assied en face de l’humoriste Aleikhem, pointant du doigt les livres virtuels posés sur la table, tactile comme un iPad. Les livres s’ouvrent comme des menus. « L’histoire n’est pas toujours un sujet passionnant pour les jeunes », explique cet homme, qui est l’un des concepteurs de musée les plus respectés au monde. « Notre effort se dirige essentiellement vers les jeunes. Nous utilisons des technologies sociales comme le vote, les tests de connaissance interactifs, les écrans tactiles pour rendre la connaissance conviviale aux enfants. »

Des maquettes et statues grandeur nature font partie de l'exposition. Crédit : Anya Shiller pour The Village

Pour autant, le parcours historique n’est pas édulcoré. Au centre du musée, là où convergent les deux axes principaux, se situe un immense écran panoramique où sont projeté des images documentant les moments les plus tragiques de la Seconde guerre mondiale : Babi Yar, les exécutions massives par les nazis, le blocus de Leningrad, la bataille de Stalingrad, et finalement la victoire. En face de l’écran, un mémorial en forme de pyramide où l’on peut allumer un cierge en mémoire des millions de victimes, dont les noms s’affichent à tour de rôle sur un vaste écran noir.

Interactivité pour saisir l’attention des jeunes

Le musée met l’accent sur l’interactivité et l’ouverture vers un public le plus large possible, en particulier vers les jeunes. Cet effort pour se tourner vers les autres marque une volonté de ne pas rentrer dans le communautarisme ou le sectarisme, un préjugé dont le peuple Juif est souvent la victime. Ce n’est clairement pas un musée « fait par des Juifs et pour des Juifs », mais un lieu destiné à améliorer l’image des Juifs dans la population russe. « L’idée, c’est de souligner la diversité des peuples vivant en Russie », note Ralph Appelbaum. « Quelque soit votre origine ethnique vous pouvez vous affirmer en tant que tel en Russie ». D’où un nom à rallonge « Musée Juif et centre de tolérance », qui paraît avoir un peu sacrifié au « politiquement correct ». Les personnalités présentes lors de l’inauguration ont toute marqué une révérence envers le président Vladimir Poutine « qui a immédiatement soutenu l’idée d’un nouveau musée Juif », souligne Alexandre Boroda, le président du musée et de la fédération des communautés juives de Russie.

Le musée met l’accent sur l’interactivité et l’ouverture vers le jeune public. Crédit : Anya Shiller pour The Village

Du coup, le parcours se fait moins dense sur les passages douloureux dans la coexistence entre Juifs et Russes, par exemple les pogromes de la Russie tsaristes et l’invention du célèbre faux « Protocole des Sages de Sion » fabriqué par la police du Tsar et qui continue de faire des dégâts aujourd’hui. En revanche, l’accent est placé sur les fléaux endurés conjointement par les deux peuples : la deuxième guerre mondiale. Dans le message envoyé par Vladimir Poutine lors de l’inauguration, il rappelle que les deux peuples sont farouchement attachés à défendre la mémoire de cette époque tragique et à lutter contre toute forme de révisionnisme historique. Malgré les polissures diplomatiques, le musée Juif fait incontestablement partie des lieux de mémoire les plus efficaces du monde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.