La fête de l’unité nationale

Crédit photo : Iter-TASS

Crédit photo : Iter-TASS

Cette année, la Russie célèbrela date anniversaire de l’un des évènemens majeurs de son histoire: la fin du Temps des troubles et la renaissance de l’Etat russe après une longue période de désordre et de guerre civile

La fête de l’unitéest devenue officielle en 2005 en hommage aux évènement de 1612, date du soulèvementdu peuple russe sous l’égidede Kouzma Minine et Dmitri Pojarskiquia mis un terme à la guerre civile en libérant Moscou du joug des Polonais. Depuis, cette fête nationale ne cesse de créer la polémique.

Les historiens sont gênés par le manque d’exactitude chronologique de cette date, certains hommes politiques regrettent qu’elle ait pris la place de l’ancien 7 novembre, fête de la Révolution d’Octobre 1917. En 2012, la fêtesera célèbrée pour la septième fois et avec d’autant plus de grandeur que c’est une date anniversaire.

En plus de mille ans d’histoire,les périodesde chutede l’État russe furent peu nombreuses. L’une d’entre elles, appelée par les historiens le Temps des Troubles, correspond audébut du XVIIèsiècle : le pouvoir des tsars s’effondre, les pays est démembré enrégions distinctes (les oblast), où règnela guerre civile sans merci.

Des troupes étrangères envahissent le territoire, Moscou est assiégée. Les Polonais s’installent au Kremlin et veulent mettre leur prince sur le trône. Tout cela sur fond de cataclysmes naturels et de terrible famine. Selon les documents, la Russie aurait perdu un tiers de sa population durant les quinze premières années du XVIIè siècle.

L’avenir de la Russie comme État et des russes comme nation à part entière est alors en péril. Et à ce moment, où le pouvoir central est quasiment inexistant, le peuple décide de prendre son destin en mains. En 1612, à Nijni-Novgorod,une ville prospère sur les bords de la Volga, le peuple se soulève en masse et prends les armes.

C’est un simple citoyen Kouzma Minine qui se charge de récolter les fonds et d’organiser les troupes, tandis que le prince Dmitri Pojarski prend la tête de cette armée qui rassemble toutes les couches de la population ettoutes lesnationalités et confessions. Ils réussissent seuls, sans soutien du pouvoir exsangue, à former et à armer une véritablearméede 10 000 hommes.

Durant l’automne 1612, ilsnt la victoire sur l’armée polonaise, pourtant largement supérieure en nombre, et parviennent à libérer le Kremlin le 4 novembre. Suite à quoi, l’Etat russe estrétabli et en 1613, le premier tsar de la dynastie des Romanovmonte sur le trône.

C’est en toute logique que l’épicentrede la célébration sera la ville d’oùest parti le soulèvement: Nijni-Novgorod. Sur la place centrale de Minine et Pojarski aura lieu une marche d’honneur en costumes folkloriques d’époque des peuples de la Volga, qui ont constitué le noyau dur de l’arméelibératrice, puis un défilé de cavalerie.

Suivra une représentation théâtrale sur le thème du Temps des troubles et du soulèvement du peuple. On attend la venue duprésident Vladimir Poutine. Á Moscou, une exposition interactive « La Russie orthodoxe et la Fête de l’unité nationale » durant laquelle l’icône de Notre-Dame de Kazan qui en 1612 accopagnait l’armée qui libéra Moscou sera présentée au public.

« Arkhiv Rossii »

Sur le portailinternet « Arkhiv Rossii » (Archive de la Russie) grâce au nouveau projet « Fin du Temps des troubles (fin XVI – débutXVIIèsiècle) et renforcement de l’État russe »(http://rusarchives.ru/smuta/) les internautes pourront trouver des documents et des piècesuniques surcette période et consulter les travaux récentssur le sujet, ainsi que des photographies et des vidéos. Cesdocuments ne sont disponibles qu’en russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.