Ces jobs dont les étudiants ont honte

Crédit photo :  ITAR-TASS

Crédit photo : ITAR-TASS

Un quart des étudiants jugent leur petit boulot honteux

Un quart des étudiants ayant réalisé un petit boulot lors de leurs études ont honte de cet emploi, indiquent les spécialistes du site career.ru, qui ont sondé du 22 au 29 octobre 2.241 étudiants et diplômés récents.

En général les étudiants ont honte de travailler comme agent publicitaire, en distribuant des tracts dans le métro ou en faisant de la publicité de points de vente déguisés en hamburger ou en animal amusant. Un tiers des personnes ayant fait de la publicité ont déclaré être mal à l'aise lors de l'exercice de leur activité professionnelle. Dans le top-5 des professions les plus honteuses figurent femme de ménage (27%), messager (27%), serveur et chargeur (24% chacun).

La majorité (58%) des personnes interrogées se disent gênées par le fait que leur activité était tout à fait inutile, sans prestige et peu payée (54%), humiliante (31%) ou malhonnête (16%). Un tiers des sondés cachent la nature de leur travail à leurs proches et connaissances.

A en juger par les réponses fournies, les personnes les plus fières de leurs jobs sont les jeunes femmes travaillant comme danseuses et les jeunes hommes faisant fonction de gardien. Voire le tableau pour plus de détails.

De quel travail aviez-vous honte?

 Réponse   Oui    Non

   J'étais plutôt fier de ce travail

 Agent publicitaire

    31%        61%        8%

 Femme de ménage

    27%     67%     6% 

 Messager

    27%     66%     7% 

 Serveur

    24%     64%     12% 

 Chargeur

    24%     68%     8% 

 Gardien

    23%     46%     31% 

 Employé de call-center

    20%     75%     5% 

 Travaux illégaux

    16%     54%     30% 

 Vendeur, vendeur-consultant  

    16%      70%     14% 

 Enquêteur

    15%     73%     12% 

 Danseuse

    12%     41%     47% 

 Animateur

    11%     67%     22% 

 Secrétaire

    9%     72%     19% 

Article original en russe publié sur le site de Vedomosti le 30 octobre 2012.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.