La peluche Tchebourachka s'offre un musée

Crédit : flickr.com/photos/inucara

Crédit : flickr.com/photos/inucara

Le comité pour le tourisme de la mairie de Moscou et l'écrivain Edouard Ouspenski, créateur du personnage, ont soutenu la création de la Maison de Tchebourachka dans un parc de l'est de Moscou. Des panneaux en japonais, russe et anglais mèneront jusqu'à cet endroit féérique.

Les autorités de la capitale russe prévoient de construire dans le parc Kossinski, à l'est de Moscou, une Maison de Tchebourachka. Les travaux de construction du bâtiment débuteront en 2013. L'idée a été soutenue par le Comité du Tourisme de la Mairie de Moscou. Le créateur de Tchebourachka et du crocodile Guena, l'écrivain Edouard Ouspenski, a exprimé l'espoir que l'on octroierait au moins 1 hectare de terrain pour la maison de Tchebourachka et pour une allée située à proximité.

Comme l'a expliqué le porte-parole de la préfecture du district est de Moscou, Andreï Ivanov, la Maison Tchebourachka sera un grand bâtiment abritant une exposition consacrée aux héros du célèbre dessin animé soviétique, inspiré par l'histoire Le crocodile Guena et ses amis. Un chemin traversant le parc, muni de panneaux en russe, en anglais et en japonais, mènera jusqu'au bâtiment. Le montant du projet est en train d'être évalué.

« La maison présentera un intérêt aussi bien pour les Moscovites que pour les visiteurs venus d'autres régions, a déclaré Andreï Ivanov. Tchebourachka est également très populaire au Japon. Pourquoi ne pas les attirer chez nous grâce à de nouveaux lieux d'intérêt ? »

Pour rappel, les autorités de Moscou créent actuellement dans le parc Moskvoretski, dans l'ouest de la capitale, la « Forêt enchantée ». Le projet devrait constituer l'équivalent russe de Disneyland, un endroit peuplé des personnages de contes populaires en Russie. Le coût total du projet dépassera 160 millions de roubles (4 M EUR), et sa superficie sera d'environ 18 hectares.

Le « père littéraire » du personnage aux grandes oreilles, Edouard Ouspenski, a raconté qu'il fallait environ un hectare de terrain pour la Maison de Tchebourachka dans le parc Kossinski. L'écrivain est prêt à fournir au projet un certain nombre de pièces, y compris sa machine à écrire, la cabine téléphonique de Tchebourachka et une grande quantité de jouets. Selon lui, il faut également créer des souvenirs afin de les proposer aux visiteurs. Il peut s'agir de sacs à main, de jouets en peluche ou mécaniques, des pantoufles et des chapeaux du Crocodile Guena ou même des couvre-chefs de Chapokliak (chapeau claque).

« On m'envoie constamment des prototypes de tels souvenirs depuis le Japon », a précisé Edouard Ouspenski. L'écrivain a noté que dans le district est de Moscou, « il existait actuellement un musée miniature de Tchebourachka à proximité d'un jardin d'enfants, mais que ce n'était pas suffisant pour attirer un grand nombre de touristes ».

M. Ouspenski a ajouté qu'il fallait organiser au moins quatre fois par an de grandes fêtes dans la maison, y compris l'anniversaire de Tchebourachka au début de l'été.

« Pour ce faire, il faut de l'espace », a dit l'écrivain. « Nous avons besoin d'une grande maison, peut-être d'un ou deux étages, avec différentes chambres pour Tchebourachka, le Crocodile Guena, Chapokliak, ainsi qu'une allée de Tchebourachka près du bâtiment pour les promenades ».

Article original disponible sur le site d'Izvestia. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.