Une activiste des Pussy Riot libérée

Crédit photo : AP

Crédit photo : AP

À l'issue du procès en appel, la cour de Moscou a remplacé mercredi la peine de deux ans de prison par une condamnation avec sursis pour Ekaterina Samoutsevitch, membre du groupe Pussy Riot, la remettant ainsi en liberté, rapporte le correspondant de RIA Novosti.

En revanche, cette peine a été confirmée pour les deux autres jeunes femmes qui avaient chanté en février une « prière punk » anti-Poutine dans la cathédrale de Moscou.

Le 21 février dernier, trois jeunes femmes encagoulées - Maria Alekhina, Ekaterina Samoutsevitch et Nadejda Tolokonnikova - ont improvisé une « prière punk » devant l'autel de la cathédrale du Christ Sauveur de Moscou, haut lieu du culte orthodoxe russe, en suppliant la Sainte Vierge de « chasser Poutine ». Une vidéo de cette performance est disponible sur Internet.

Le 17 août, un tribunal de Moscou a reconnu les prévenues coupables de hooliganisme et les a condamnées à deux ans de colonie pénitentiaire. L'affaire a suscité un fort retentissement international.

Texte original est disponible sur le site de Ria Novosti.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.