Les sons du carillon à la russe

Le groupe a joué sur la scène du Théâtre royal de la Monnaie. Source : Archives personnelles

Le groupe a joué sur la scène du Théâtre royal de la Monnaie. Source : Archives personnelles

Les 7, 12 et 15 octobre dans la commune de Brakel, dans les Flandres-Orientales, le carilloniste Alexandre Khlopovskikh fera tinter les cloches de la tour centrale.

Quand Alexandre, simple gars de Voronej, s’est engagé dans l’institution militaire la plus prestigieuse de Russie, l’Académie Souvorov, sa carrière d’officier semblait toute tracée. Or, un mois après, un ulcère à l’estomac le força à rentrer chez lui. Telles sont les circonstances qui l’ont poussé à se remettre à la musique.

« Ayant passé toute ma scolarité en École de musique, j’ai décidé de m’y remettre ». Avec succès, car après avoir obtenu le diplôme du Collège musical Rostropovitch avec excellence, il entre à l’Académie des arts de Voronej. En dernière année, il se fait remarquer et est invité à rejoindre l’ensemble Classic dombra, l’un des ensembles folkloriques les plus populaires dans la Russie post-soviétique.

« Je me souviens, quand je venais juste d’intégrer l’ensemble, la directrice Larissa Demtchenko me dit : « Sacha, nous partons en tournée en Allemagne, mais tu ne peux pas venir car tu ne connais pas ton programme ».


Il suit toutefois très vite les tournées et à l’un des concerts, Jo Haazen, l’ancien directeur de l’École royale de carillon de Malines, l’entend jouer et lui propose de venir étudier en Belgique.

Les méthodes d’enseignement entre les deux pays s'avèrent très différentes. En Russie, l’accent est mis sur la technique de jeu tandis qu’en Belqique, c’est la théorie qui prime. Alexandre doit s’adapter et réapprendre à jouer pratiquement de zéro. L’artiste affirme toutefois que cette expérience a été très enrichissante : « L’expérience acquise en Russie m’a aidé à venir étudier dans l’établissement musical le plus prestigieux d’Europe. Qui à son tour m’a permis de constituer mon propre collectif ».

Aujourd’hui, son ensemble de folklore russe Slavianka, né en 2000, se porte à ravir. « Nous tournons surtout en Europe. Nous jouons des instruments traditionnels russes comme la domra, l’accordéon ». Le groupe a déjà joué sur la scène de l’Opéra de Bruxelles, au Théâtre royal de la Monnaie, et devant les représentants des Nations Unies.

Ce printemps, le groupe a participé au tournage du film Fly me to the moon, du réalisateur belge Ben Stassen. Les musiciens ont non seulement écrit la bande originale du film mais ont joué leur propre rôle.

Difficile de réduire ce musicien et compositeur de talent à une seule activité, mais le destin a de toute évidence décidé de lier sa vie à la musique et a mis toutes les chances de son côté pour qu’il puisse révéler son talent.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.