La Société Générale à la conquête de la Russie

Le choix de Société Générale de renforcer ses activités auprès des particuliers est entièrement compréhensible. Crédit : Itar-Tass

Le choix de Société Générale de renforcer ses activités auprès des particuliers est entièrement compréhensible. Crédit : Itar-Tass

La deuxième plus grande banque française envisage de renforcer l’efficacité de ses filiales en Russie et en Roumanie pour augmenter ses bénéfices auprès des particuliers d’ici la fin 2013. C’est ce qu’a déclaré son PDG et représentant du conseil d’administration Frédéric Oudéa dans un entretien au Financial Times.

Il a souligné le manque d’efficacité de l’activité de détail du groupe à l'international, tout en ajoutant que la croissance et les bénéfices dans ce domaine seront des indicateurs importants d’ici la fin 2013. En Russie, le groupe Société Générale possède Rosbank ainsi que ses filiales Delta Credit et Rusfinance. Oudéa a également indiqué que Rosbank avait du mal à concurrencer les gros acteurs locaux ayant une participation publique. Ce n’est cependant pas le cas en Roumanie, où le groupe possède BRD. Mais pour Frédéric Oudéa, Société Générale doit quand même absolument réduire le coût des provisions pour mauvaises créances dans ce pays.


Selon le directeur général de Rosbank Vladimir Goloubkov, les activités auprès des particuliers sont un segment clé pour Rosbank car elle fait partie des trois plus grandes banques de Russie dans ce domaine et compte renforcer cette position. Depuis le début de l’année, le portefeuille de particuliers de la banque a augmenté de 8%, chiffre qui pourrait s’élever à 18% selon certaines estimations. « Les activités de crédit de la population sont assez bonnes. En août, nous avons accordé des prêts pour plus de 12 milliards de roubles », indique Goloubkov. D’après les statistiques de la Banque centrale, les crédits aux particuliers ont augmenté de plus de 26% en Russie depuis le début de l’année. « Les produits les plus importants restent les hypothèques (qui permettent de construire des relations durables avec les clients), mais aussi les prêts en espèces, les cartes de crédit et les emprunts pour acheter des voitures, également très demandés »,ajoute Goloubkov.


Au premier semestre, le volume du portefeuille de particuliers de Rosbank s’élevait à 193,6 milliards de roubles, dont 23,8% pour les hypothèques, 34,5% pour les crédits autos et 7,6%, pour les cartes et ouvertures de crédit, le reste étant lié aux crédits à la consommation. Les bénéfices de la banque russe durant cette période s’élevaient ainsi à 5,9 milliards de roubles.


Si cette dynamique se confirme, le portefeuille de crédits de Rosbank pourrait augmenter de 18% d’ici la fin de l’année. Celui de Delta Credit a de son côté augmenté de 8% en 6 mois pour atteindre 67,6 milliards de roubles, et selon l’analyste de Moody Olga Oulianova, il pourrait augmenter d’autant au second semestre. « Les activités de la banque Rusfinance dans ce domaine n’ont quasiment pas connu d’évolutions depuis janvier, baissant juste de quelques dixièmes de pourcents pour arriver à 101,1 milliards de roubles », souligne l’expert de Garprombank Iouri Toulinov. Le choix de Société Générale de renforcer ses activités auprès des particuliers est entièrement compréhensible. En effet, les banques occidentales leur offrent des conditions intéressantes, ce qui augmente la compétitivité et permet de concurrencer les banques d’État. D’après Andreï Maltsev, vice-président de la banque Nordea, il sera toutefois plus compliqué d’être aussi compétitif dans le secteur des entreprises.


Article original publié en russe sur le site de Vedomosti le 25 septembre 2012.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.