Les aurores boréales embrasent le grand nord russe

Crédit : Alexander Semyonov

Crédit : Alexander Semyonov

Petit guide des meilleurs endroits pour observer les aurores polaires.

L'hiver, une aurore boréale rougeoie sur le lac Lozorevo, perdu sur la péninsule de Kola, quelque part au-delà du cercle polaire. Le peuple sami qui vit sur ses berges lit l'avenir dans le ciel comme dans le marc de café. Le grand nord russe est à l’écoute de ce phénomène naturel peu courant : nombreux sont les chasseurs qui se lancent à la conquête des immenses étendues de la Iakoutie, de la Tchoukotka et de la province de Krasnoïarsk.

Mourmansk


Au nord de la péninsule de Kola, jusqu'à 200 aurores boréales illuminent le ciel chaque année. Presque toute la péninsule se trouve au delà du cercle polaire. Voilà pourquoi l'été, pendant un mois et demi, le soleil ne se couche pas, laissant place à la nuit polaire hivernale. Entourés d'arbres vieux de 600 ans, de vestiges païens samis et de lacs bénis, les habitants de la réserve laponne accueillent l'aurore. Il est plus aisé d'observer les aurores de févriers à mars et de septembre à octobre. Les scintillements flamboyants qui illuminent le ciel peuvent durer de quelques heures à plusieurs jours. Généralement, le spectre de couleur de l'aurore boréale s’étend du vert pâle au rouge ; il est parfois possible de distinguer des teintes violettes.

Severodvinsk


Témoin de l’une des plus vives aurores boréales de la partie Ouest de la Russie, ce chantier naval atomique russe qui cherche à obtenir le statut de « cité scientifique » attire les visiteurs. Le phénomène naturel y est en effet plus facile à étudier qu’à Arkhangelsk, capitale de la région : il n’est pas nécessaire de s’éloigner de la ville pour apprécier le scintillement vert et rougeoyant qui embrase le ciel hivernal.

Novaïa Zemlia


Après avoir reçu une autorisation spéciale, il est possible de se rendre sur l'archipel de Novaïa Zemlia où vivent actuellement près de 3000 personnes, essentiellement des militaires et des constructeurs. Au XXͤ siècle, l’archipel accueillit des essais nucléaires. C'est ici que fut développée la bombe Tsar-Bomba, arme la plus puissante jamais utilisée dans toute l'histoire de l'humanité. La majorité des populations des îles de l'archipel profitent des nuits polaires pour faire paître les élans qui flânent sous les rayons pourpres de l'aurore boréale.

Narian-Mar


« Si tu vois une aurore boréale, surtout, ne siffle pas ! Sinon, elle disparaîtra immédiatement » expliquent les habitants de Narian-Mar, capitale du district autonome de Nenetsie situé au nord de la Russie. Cette ville abrite un mémorial dédié à la ville russe de Poustoziorska, première colonie jamais construite au delà du cercle polaire, fondée en 1499. Au XVIͤ siècle, Poustoziorska constituait l'avant-poste principal russe au Nord et en Sibérie. L'endroit servait également de camp  de rétention. L’archiprêtre Avvakum, figure du mouvement vieux-croyant et saint martyr y fut brûlé. Au XVIIIͤ siècle, grâce à l'ouverture de nouvelles voies à travers les monts de l'Oural, Poustoziorska ne fut plus d’une grande utilité. La ville finit par disparaître au XXͤ siècle. La charpente de l’église Poustoozerskaïa, utilisée à des fins agricoles, se trouve désormais à la limite de Narian-Mar. Se rendre à Narian-Mar au début de l’automne vaut vraiment la peine afin d’apprécier les aurores boréales et d’entendre les légendes concernant la ville disparue.

Salekhard

Salekhard est la seule ville au monde à se trouver sur le cercle polaire. Ici, l’aurore boréale se découvre à chaque coin de rue : supermarchés, cinémas, médias locaux et compagnies touristiques portent son nom ! Pourtant, il faut sortir de la ville et rejoindre la toundra pour  être saisi par la vive luminosité verte qui inonde le ciel, nommée Nger Kharp (« la lumière des morts ») par la population locale. Les Nénètses croient qu'au cours des froides nuits, les âmes de leurs ancêtres rejoignent la toundra pour s’adonner à la chasse.

Dikson

Dikson se trouve au Nord de la région de Krasnoïarsk. Une partie du village se situe sur le continent, l'autre sur l'île éponyme, séparée de la terre par un détroit d'un kilomètre et demi.  C'est le port le plus au Nord de la Russie. Sur l'île, il y a également un aéroport. Le pôle nord se trouve à deux heures de vol de la ville. En août, la température ne dépasse pas  6 degrés. Au cours de l'année, il y a seulement 30 jours de soleil : ces jours-là, les 632 habitants de l'île sont les témoins d'une aurore boréale blanche surprenante.

}

Doudinka

Doudinka s'étend au delà du cercle polaire, la température n’est positive que 4 mois par an. L'hiver, la température atteint parfois - 50 degrés, et peut parfois se hisser jusqu’à 30 degrés l'été. Des paysages arctiques à vous couper le souffle, une aurore boréale présente 8 mois par an, de gigantesques brise-glaces émerveilleront ceux qui auront le courage de visiter cette ville.

Igarka

Dans la région où s'épanouit le permafrost, au nord-est de la province de Krasnoïarsk se trouve la ville portuaire d'Igarka, construite sur les bords de la rivière éponyme. Celle-ci fut baptisée ainsi en l'honneur d'un ancien pêcheur, Egor Chiriaev, dont le nom fut progressivement déformé. Le patelin constituait la dernière station de la voie ferrée du Nord, projet élaboré par  Joseph Staline afin de relier les zones de peuplement de l'extrême nord grâce à une ligne de chemin de fer Salekhard-Igarka. Emprunter celle que l'on surnomme désormais la « voie morte » constitue une étape indispensable pour tout voyageur assoiffé d'aventures. Printemps comme automne, il est possible d'observer chaque nuit dans le ciel de Tchouma et Igarka une aurore boréale aux reflets émeraude.

Khatanga


Cette  zone de peuplement reculée du Nord de la Russie abrite tant de curiosités pour seulement 2960 habitants ! La présence de deux musées consacrés au mammouth, d’un cimetière de bateaux et d’une mine de diamants abandonnée est des plus intéressantes. Ici s'élève également l'église orthodoxe la plus au Nord de l'Eurasie : l'église de l'Epiphanie. Chaque nuit polaire, le ciel de Khatanga est incandescent : on vient admirer des quatre coins du pays des aurores boréales éclatantes.

Tiksi

Il est possible de se rendre à Tiksi en avion depuis Moscou : ici, il y a un aéroport qui relie les villes centrales de Russie aux populations iakoutes. La ville fut fondée dans les années 1930 à 72 degrés de latitude nord par des météorologues, des navigateurs et des pilotes de guerre. En hiver, la nuit dure deux mois et demi ; lui succèdent ensuite autant de jours polaires. L'aurore boréale est surtout visible les jours d'équinoxe de printemps et d'automne, en avril et en septembre.

Magadan


La couleur du ciel à 15 kilomètres de Magadan change complètement : toute la voûte céleste se pare d'un vert vif qui se réverbère sur les congères. Les habitants de Magadan disent que l'aurore polaire leur offre un « été de neige », les alentours revêtent de vives couleurs. Magadan se trouve en Extrême Orient, sur les bords de la mer Okhotsk. La ville est à la même latitude que Saint-Pétersbourg, le rude climat et la présence d'aurore boréale s'explique par la présence de mers froides et de montagnes. Ici, les aurores boréales ne sont pas si fréquentes et se manifestent essentiellement en mars-avril, avant le début de l'été polaire.

L'île de Vrangel


L'île de Vrangel et ses vastes étendues de Toundra arctique fait partie du parc naturel éponyme, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. L'île se trouve à la jonction de l'hémisphère Est et l'hémisphère Ouest ; le 180ͤ  méridien la traverse. L’île n’est plus habitée : les trois villages construits ici au XXͤ siècle ont disparu. Il faut prévoir une excursion pour s’y rendre et jouir du spectacle qu'offrent les bœufs musqués en train de paître et les aurores boréales se réfléchissant dans les cristaux de roche ou les bâtiments des villages fantômes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.