Ruée vers le nord

Il faut tout de même préciser que cet engouement soudain pour la navigation marchande le long des côtes russes septentrionales est directement lié au plus gros producteur indépendant de gaz, la société Novatek. L’année dernière, ce sont des tankers a

Il faut tout de même préciser que cet engouement soudain pour la navigation marchande le long des côtes russes septentrionales est directement lié au plus gros producteur indépendant de gaz, la société Novatek. L’année dernière, ce sont des tankers a

Les régions et les principaux opérateurs de transport maritime russes ont commencé le partage de la route maritime du nord (RMN). C’est ce qu’a déclaré Vladimir Ilioukhine, gouverneur de la Kamtchatka lors de l’assemblée du Conseil fédéral qui examine les différentes propositions de développement de l’activité dans les régions de la Sibérie orientale et de l’Extrême-Orient.

« Il faut prendre en compte les particularités de ces territoires. Nous ne disposons pas de liaison ferroviaire, c’est pourquoi l’aviation et le transport maritime doivent prendre en compte aussi les intérêts des habitants de ces régions. En ce qui concerne la route maritime du nord, la Kamtchatka est l’endroit idéal pour la construction d’un port à conteneurs dans le cadre de la RMN. Je pense que toutes les conditions sont réunies », a souligné Vladimir Ilioukhine, gouverneur de la Kamtchatka.

L’intention des autorités du kraï de Kamtchatka de faire de leur port marchand de Petropavlovsk-Kamtchatski, libre de glace toute l’année, un grand port international d’une capacité annuelle de 50 millions de tonnes est très compréhensible. Il deviendrait alors le troisième pilier de l’économie de la région (les deux premiers étant l’industrie de la pêche et la base navale de la flotte du Pacifique). Et cette intention est tout à fait réalisable compte tenu de la forte croissance du flux de marchandises en transit par la RMN, l’itinéraire maritime le plus court qui relie l’Europe du nord et la région de l’Asie-Pacifique.

« On constate une forte augmentation des flux de transit par la route maritime du nord. Si en 2010, 111 000 tonnes de marchandises ont transité par la RMN, en 2011, le volume est passé à 820 800 tonnes. Et une augmentation est encore attendue cette année par le Service central maritime », a déclaré mi-août, devant l’Association des chambres de commerces et de l’industrie des régions du nord et de la zone Arctique, le président de la chambre de l’industrie du Nord Anatoli Glouchkov.

Il faut tout de même préciser que cet engouement soudain pour la navigation marchande le long des côtes russes septentrionales est directement lié au plus gros producteur indépendant de gaz, la société Novatek. L’année dernière, ce sont des tankers affrétés par ses soins et transportant leur gaz condensé qui ont inauguré la RMN et établi plusieurs records de vitesse et de tonnage. Avec l’ouverture, en 2020, de l’usine de gaz naturel liquéfié (GNL) sur la presqu’île de Iamal, le volume de marchandise transporté par Novatek risque d’augmenter jusqu’à 15-16 millions de tonnes annuelles.

Pourtant, le gouvernement souhaiterait que, d’ici 2020, le gaz de Novatek ne représente pas plus d’un tiers des marchandises transitant par la RMN. Fin juillet, la loi en vigueur depuis les années 90 sur la navigation dans l’Arctique, a été modifiée, rendant possible la mise en place d’un système unique de contrôle de la navigation et d’une infrastructure moderne, assurant la sécurité des navires en eaux arctiques, comme le service hydrographique et hydrométéorologique, ainsi que l’accompagnement des brise-glace.

L’ aménagement de la route maritime du nord a d’ailleurs déjà commencé. Il est prévu que toutes les voies principales de la RMN soient placées sous surveillance des technologies satellites GLONASS, le GPS russe. D’autre part, les ingénieurs de la société Iceberg ont mis au point un brise-glace d’une puissance de 110 MW, qui pourra couvrir les zones maritimes les plus difficiles d’accès et  venir à bout de glaces d’une épaisseur allant jusqu’à 3,5 m. Sa puissance et la largeur de son étrave de près de 40m sont capables de garantir le passage des supertankers et gros navires gaziers.

Article original publié sur le site Expert.ru.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.