Sberbank se lance dans le crédit à la consommation

L'objectif de la banque est d'atteindre 25% des parts du marché des crédits à la consommation d’ici 3 ou 4 ans. Crédit photo : Getty-Images / Fotobank

L'objectif de la banque est d'atteindre 25% des parts du marché des crédits à la consommation d’ici 3 ou 4 ans. Crédit photo : Getty-Images / Fotobank

La banque russe lance, en partenariat avec BNP Paribas Personal Finance, une filiale, la banque Cetelem, spécialiste du crédit à la consommation.

L'accord a été conclu le 31 août dernier. Pour sa participation à 70%, Sberbank a payé 128,4 millions d'euros. Selon l'agence Prime citant le Président du conseil d'administration, Andreï Lykov (qui a une solide expérience de direction de la HKF Banque par le passé), la nouvelle banque Cetelem sera créée sur la base de BNP Paribas Vostok et fonctionnera sous la même enseigne. Le nom de la banque a été approuvé par les parties, et un membre du conseil d'administration, Denis Bougrov, s’estréjoui de la couleur verte du nouvel établissement identique à celle de Sberbank.

Selon l'aveu fait aux journalistes par Philippe Bézier, gérant de Cetelem en Russie, l'objectif de la banque est d'atteindre 25% des parts du marché des crédits à la consommation d’ici 3 ou 4 ans. « Nous espérons être leaders sur le marché », a confirmé Andreï Bougrov, en ajoutant que le business plan prévoit une rentabilité du capital de plus de 20% à l'issue de la même période. Aujourd'hui, la part de Cetelem sur le marché de crédit à la consommation dans les magasins est estimée à 4,5%.

Selon Lykov, les principaux produits de la nouvelle banque seront des crédits dans les points de vente, des crédits express pour l'achat de véhicule, ainsi que la vente des cartes de crédit et la proposition des crédits en liquide pour les clients ayant déjà obtenu un crédit chez Cetelem. Bougrov a précisé que la nouvelle structure sera principalement approvisionnée par des fonds de Sberbank : « Pour l'instant, nous ne voyons pas de nécessité pour Cetelem d'opérer seule », a-t-il expliqué.

Philippe Bézier a rappelé que le groupe financier français avait accordé le premier crédit à consommation il y a cinq ans à Nizhni Novgorod et qu'aujourd'hui le système fonctionnait dans 67 régions russes. La banque emploie quatre milles personnes que Lykov a promis de ne pas licencier. « Après 2008, nous avons abordé le marché du crédit auto », a précisé le gérant de Cetelem en Russie.

Selon Lykov, à la fin de l'année 2012, le taux de crédit dans les points de vente atteindra 6,25 à 7,5 milliards d'euros. Cette prévision se rapproche de celle donnée mardi dernier par le directeur de la banque Russki standart, Dmitri Levine, qui évalue ce secteur d'activité à 5 milliards de dollars : « On estime que dans les 3 à 4 années à venir, ce segment gagnera de 15 à 20% par an ».

En répondant aux inquiétudes liées au lancement du projet à la veille d'une nouvelle crise économique, Philippe Bézier se montre optimiste quant aux perspectives et à l'évolution positive du marché : « L'endettement moyen des ménages russes vis-à-vis des banques est estimé à 650 euros, alors qu'en France il s'élève à 2 700 euros ».

Pour plus d'information lisez le site de Prime.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.