Un chef religieux tué dans une attaque terroriste au Daghestan

Source : Service de presse

Source : Service de presse

Un attentat a eu lieu au Daghestan dans la maison d’un des leaders religieux des musulmans locaux, le cheik Said Afandi. Outre le kamikaze, six personnes ont été tuées, dont S. Afandi. L’attentat a eu lieu dans le village de Chirkey, dans la région de Bouïnaksk.

Comme l’a déclaré le service de presse du ministère de l’Intérieur de la république, selon les premières informations, une femme habillée comme une pèlerine s’est approchée du cheik et a déclenché des explosifs attachés à sa ceinture. Le lieu de l’attentat est bouclé, les témoins sont interrogés et les preuves sont rassemblées.

Le cheik S. Afandi était l’un des leaders du mouvement soufiste du Daghestan. Il jouissait du prestige et d’autorité. En particulier, le président de la république Magomedsalam Magomedov lui-même allait chercher conseil auprès de lui.

Le village de Chirkay est le centre religieux des soufistes du Daghestan (le soufisme est le courant islamique traditionnel de la république). La vente d’alcool est interdite dans le village.

Notons que le 19 août un attentat a eu lieu contre les fidèles de la mosquée chiite de Khassaviourt. Deux inconnus masqués sont entrés dans le bâtiment et ont ouvert le feu sur les personnes présentes. Ils ont ensuite utilisé les explosifs. L’attaque a fait huit victimes.

Texte original disponible sur le site RBC.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.