Un gros creux dans la popularité de Poutine

Les résultats du dernier sondage montrent que les Russes voient désormais Poutine comme un dirigeant peu efficace et doutent de sa capacité à opérer des changements positifs. Crédits photo : ITAR-TASS

Les résultats du dernier sondage montrent que les Russes voient désormais Poutine comme un dirigeant peu efficace et doutent de sa capacité à opérer des changements positifs. Crédits photo : ITAR-TASS

Selon le dernier sondage en date, les cotes de popularité et de confiance du président ont connu une forte baisse cet été, après une diminution constante de ces indicateurs depuis mai

D'après le sondage du Centre Levada, 48% des personnes interrogées affirment avoir une opinion positive des actions du président. Ils étaient encore 60% en mai, lors de sa dernière réélection. L’indice de confiance de Poutine a chuté de 57% en mai à 52% en août, tandis que le taux de désapprobation de sa politique est resté stable à 24%.

 

Par rapport aux chiffres occidentaux, la cote de popularité du président russe a toujours été très élevée en Russie, ce qui servait d’argument aux partisans de Poutine pour justifier sa présence au pouvoir durant 12 ans. En mai 2008 par exemple, au terme de huit années de présidence, Vladimir Poutine pouvait se vanter d’avoir le soutien de 77% de la population, selon les chiffres du Centre Levada.

 

Les résultats du dernier sondage montrent que les Russes voient désormais Poutine comme un dirigeant peu efficace et doutent de sa capacité à opérer des changements positifs. 53% accordent à Poutine une influence « très forte » à « forte » sur la situation en Russie, beaucoup moins que le 66% enregistrés en mai - le résultat le plus faible depuis octobre 2006. Et 56% se déclarent « fatigués d’attendre » des changements positifs de sa part.

Son indice de confiance, rapport entre le soutien et la désapprobation de la population, a chuté à 35% en juillet, en baisse constante depuis le pic enregistré à 78% en septembre 2008.

 

Pourtant, toujours selon le sondage de Levada, l’opposition, à l’origine des mouvements massifs de contestation depuis décembre, peine à s’affirmer.

 

En juillet, seuls 42% des Russes soutenaient l’opposition. Et seuls 5% des sondés se disent prêts à manifester pour des élections libres.

Texte abrégé. Version complète de l'article sur le site The Moscow Times.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.