Des toilettes-musée ouvrent à Ijevsk

Maxime Verevkine, curateur des toilettes-musée : « Nous croyons en la force de l’art et que l’art, la culture, feront des merveilles ». Crédit photo : Marina Dolgova

Maxime Verevkine, curateur des toilettes-musée : « Nous croyons en la force de l’art et que l’art, la culture, feront des merveilles ». Crédit photo : Marina Dolgova

Dimanche 19 août, des toilettes-musée se sont ouvertes à Ijevsk. L'art doit augmenter la rentabilité de l'unique toilette publique municipale, et la visite de cet endroit populaire doit augmenter la culture de la population.

 « Maxime, tu es le mieux renseigné, sais-tu combien de gens vont venir ici, demande le superviseur des toilettes de la ville au curateur des toilettes-musée à Maxime Verevkine, qui a accroché les tableaux. On pourrait bien nous découper ou nous salir nos tableaux ».

Selon elle, et elle travaille ici depuis 11 ans, les toilettes ne rapportent aucun revenu particulier : le ticket coûte 10 roubles, au mieux 20 personnes s'y rendent par jour. Mais les organisateurs de l'exposition pensent que bientôt cet endroit sera la curiosité de la capitale d'Oudmourtie.

Maxime Verevkine, curateur des toilettes-musée à Ijevsk. Crédit : Marina Dolgova

« Cette idée de faire des toilettes artistiques est venue aux organisateurs du centre d’exposition « GAlerIA ». Au début ils pensaient que ce serait « GAlerIA-toilettes », puis ils ont decidé que le plus d’actualité est un musée. Le premier artiste qui est exposé là est l’etnofuturiste Sergueï Orlov, professeur de peinture à l’Université d’État d’Oudmourtie. Nous avons uniquement prévu des expositions d’artistes importants, avec ensuite le transfert de leurs oeuvres dans les collections de notre musée. Les gens qui viendront pourront voir la nouvelle exposition. La spécificité de notre musée vient de ce que nous avons comme deux salles, une pour les hommes et une pour les femmes. Les tableaux seront déplacés chaque semaine d’un compartiment à l’autre dans le sens des aiguilles d’une montre », explique Maxime Verevkine à Rossiyskaya Gazeta.

Les organisateurs sont déjà moralement préparés au vandalisme et à ce qu’une partie de l’exposition soit perdue.

« Nous croyons en la force de l’art et que l’art, la culture, feront des merveilles. L’atmosphère qui sera créée ici doit changer une fois pour toute la conscience des visiteurs », dit Maxime.

L’entrée du musée est payante, le même prix que l’entrée des toilettes. Les artistes d’Oudmourtie sont déjà choisis pour l’exposition de leurs tableaux dans le musée. Le prochain sera le peintre et homme politique Envel Kasimov.

Le jour de l’ouverture de l’exposition, aucune agitation particulière n’était à remarquer autour des toilettes. Les premiers visiteurs des toilettes étaient pour la plupart des journalistes.

Article original sur le site de Rossiyskaya Gazeta. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.