La « prière punk » de Pussy Riot prétend au Prix Kandinsky

Les images de Pussy Riot font déjà les tendances de la mode, maintenant c'est le tour de l'art contemporain. Crédit photo : RIA Novosti

Les images de Pussy Riot font déjà les tendances de la mode, maintenant c'est le tour de l'art contemporain. Crédit photo : RIA Novosti

La vidéo de la « prière punk » de Pussy Riot dans la cathédrale du Christ-Sauveur, à la suite de laquelle trois membres du groupe ont été arrêtées pout hooliganisme, est entrée dans le nombre des concurrents pour le Prix Kandinsky dans la principale nomination, le « Projet de l’année », avec une récompense de 40 000 euros, a annoncé le site du prix.

Comme cela a été expliqué à l'agence de presse RIA Novosti, il y a l’autorisation écrite des avocats des Pussy Riot pour la présentation au prix, à présent il faut obligatoirement recevoir cette autorisation des jeunes filles elles-mêmes.

Le Prix Kandinsky a été fondé par la fondation culturelle ArtChronika et est décerné depuis 2007. En ce moment un conseil d’experts juge les œuvres présentées. Les résultats de la première étape du concours doivent être annoncés début septembre. Le lieu de l’exposition qui doit se tenir en octobre et novembre est actuellement en train d’être choisi.

Le 21 février, cinq jeunes filles sont entrées dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou et ont effectué une « prière punk » adressée à la Mère de Dieu. La vidéo avec la prestation a été postée sur internet et a reçu une grande résonance dans la société. Aujourd’hui trois participantes sont arrêtées : Nadeja Tolokonnikova, Maria Alekhina, et  Ekaterina Samutsevich. L’enquête a inculpé les jeunes filles pour hooliganisme et le procureur requiert trois ans de détention dans un camp. La sentence sera rendue le 17 août.

Texte original (en russe) disponible sur le site de RIA Novosti.

 

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.