Altaï : premières photos de bébés léopards des neiges

On peut donc désormais affirmer avec certitude que  le mont Tchikhatchov compte au moins quatre spécimens de panthère des neiges. Crédit photo : Bernard Landgraf

On peut donc désormais affirmer avec certitude que le mont Tchikhatchov compte au moins quatre spécimens de panthère des neiges. Crédit photo : Bernard Landgraf

Les écologistes ont réussi pour la première fois à prendre des photos de bébés léopards des neiges sur le mont Tchikhatchov, dans les montagnes de l'Altaï. Au total, deux adultes et deux bébés ont été fixés par les appareils photos automatiques, a annoncé le chef de l'expédition de suivi du léopard des neiges et membre du parc naturel de l'Altaï, le chercheur Sergueï Spitsyne.

 Selon les experts, jusqu'à l'automne de l'année dernière, la présence de léopards des neiges dans les montagnes de l'Altaï avait été établie par les experts uniquement en raison des empreintes de pattes et de traces d'activité (excréments, poils, marques de griffes sur les arbres et le sol). À la fin de l'année dernière, les scientifiques ont obtenu les premières images de « pièges photographiques » sur le mont Tchikhatchov. Deux adultes avaient alors été immortalisés par les appareils photos. Plus tard, des photographies de ces animaux ont été obtenues dans la vallée d'Argout. Cependant, les écologistes et les scientifiques n'étaient pas parvenus une seul fois à obtenir des photos de bébés léopards dans l'Altaï. Les seules images de petits de ce prédateur dans leur habitat naturel avaient été réalisées dans la réserve de Saïano-Chouchensk.

Cette année, les écologistes et les scientifiques de la Réserve de l'Altaï, en collaboration avec des spécialistes de World Wildlife Fund (WWF) Russie, ont mené une nouvelle expédition consacrée à l'étude des léopards des neiges dans les montagnes de l'Altaï. Les travaux ont été effectués sur les monts Kouraï et Tchikhatchov. Et ils ont immédiatement fourni de bons résultats.

Irbis

ou le léopard des neiges est une espèce en voie de disparition. Dans le Livre Rouge de la Fédération de Russie, on lui a décerné la première catégorie « espèce menacée d'extinction à la limite de sa zone ». Le nombre total de léopards des neiges en Russie, selon les experts du Fonds mondial pour la nature (WWF) en Russie, ne dépasse pas 80-100 specimens, dont la plupart sont concentrés dans cinq principaux groupes au sud de Krasnoïarsk, dans le Touva et dans les monts de l'Altaï. Dans les montagnes de l'Altaï, selon le WWF Russie, on compte une trentaine de ces prédateurs.

« Sur le mont Tchikhatchov nous avons actuellement 14 pièges photographiques. Au cours de la dernière expédition, qui s'est terminée à la mi-juillet, nous avons obtenu des photos de quatre léopards des neiges - à un endroit une femelle avec des petits, et à un autre endroit un mâle. On peut donc désormais affirmer avec certitude que le mont Tchikhatchov compte au moins quatre spécimens de panthère des neiges, et c'est la première fois qu'on parvient à photographier des bébés », a expliqué Spitsyne.

« Nous sommes très heureux que les chatons soient apparus à ces endroits en dépit du fait que les conditions de vie soient difficiles. Il y a peu d'animaux à sabots, y compris de boucs des montagnes. D'autre part, il y a cette année un grand nombre de marmottes, ce qui constitue un facteur positif », a déclaré le scientifique.

Comme l'a indiqué M. Spitsyne, l'expédition sur le mont Kouraï constituait une exploration préliminaire. Les scientifiques ont essayé de déterminer s'il existe dans ces endroits des onces, et si on y trouve des couloirs de migration pour le prédateur depuis le mont Tchikhatchov vers la vallée d'Argout, et d'autres foyers d'habitat de léopard des neiges.

Le lieu d'habitat des léopards des neiges est constitué par les chaînes de montagnes reculées possédant des sommets allant jusqu'à quatre mille mètres d'altitudes, et les empreintes anciennes de léopards dans la neige peuvent souvent être confondues avec celles de carcajou ou de lynx, tout ceci compliquant les études concernant cette espèce et sa conservation.


Article original sur le site eco.ria.ru.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.