La France veut de nouvelles réductions sur le gaz

Le directeur général de la société GDF-Suez Gérard Mestrallet. Crédit photo : AP

Le directeur général de la société GDF-Suez Gérard Mestrallet. Crédit photo : AP

La société française GDF-Suez a déclaré qu’elle allait revoir 80% de ses contrats gaziers, c’est-à-dire avec Gazprom, Statoil, Eni et Sonatrach. “L’évolution du marché conduit à un cycle plus rapide de nouvelles négociations avec les fournisseurs afin de revoir nos accords”, a déclaré le directeur général de la société, Gérard Mestrallet. Il prévoit que des négociations sur 50% des accords de livraison à long terme débuteront cette année. Chez Gazprom et Gazprom Export, on ne commente pas la situation. La dernière fois que Gazprom a concédé une réduction à GDF Suez était en janvier. 

Ces dernières années, quelques importants clients de Gazprom en Europe ont exigé une baisse du prix des matières premières. Dans beaucoup de cas, le monopole a dû faire des concessions. Ainsi, en janvier de cette année, Gazprom Export a revu ses prix pour l’Allemand Wingas, l’Autrichien Econgas, l’Italien Singerie Italiane et le Slovaque SPP. Avant cela le contrat avec l’allemand E.ON AG avait également été revu. Les détails n’ont pas été divulgés, mais on suppose que les négociations portaient sur une légère baisse de 10–15%. Les prix ont été baissés en modifiant certains paramètres de la formule de calcul. En juillet il a été annoncé que le polonais PGNiG avait obtenu une baisse de 20% sur le gaz russe. Par ailleurs le litige avec de Gazprom avec la Lituanie sur le prix du gaz n’a pas été résolu. 


Lire la version originale de l’article sur le site de Kommersant.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.