Kvass : la véritable boisson nationale russe

Source: Lori / Legion Media

Source: Lori / Legion Media

Si vous pensez que la vodka est la boisson nationale russe, vous n’y êtes pas. Un breuvage brun doré, étonnement rassasiant, légèrement pétillant, appelé « kvass », calme la soif russe depuis les temps anciens et jouit aujourd’hui d’un renouveau patriotique. Le kvass classique, à la texture et au goût aigrelet d’un cidre moyennement alcoolisé, est fabriqué à base de pain de seigle ou noir, d’eau de source, et d’herbes ; d’autres recettes comportent des baies, des céréales et de la betterave. Le kvass  est consommé seul comme boisson ou encore comme base pour les soupes d’été telle l’okrochka.

Maintenant que l’été est arrivé, on rencontre à tous les coins de rue des citernes à kvass jaune et rouge, qui dispensent la boisson rafraichissante toute la journée. Aujourd’hui, le kvass est produit industriellement par de vastes usines et vendu toute l’année dans les supermarchés dans des bouteilles en plastique, une affaire qui rapporte des millions d’euros et à laquelle participent même Coca Cola et Pepsi.

Pour beaucoup de Russes, ce développement est perçu comme une commercialisation un peu vulgaire d’un trésor national, même si  tout le monde est d’accord : le kvass est largement supérieur en goût aux boissons gazeuses étrangères. Le meilleur kvass est fait à la maison, et le meilleur du meilleur est fabriqué, étonnement, par des monastères orthodoxes. Le kvass, suffisamment doux pour être donné aux enfants, est certainement plus sain que les boissons à base de sucre. C’est aussi un bon moyen d’utiliser le pain rassis. Amusez-vous avez les ingrédients jusqu’à l’obtention de la saveur qui vous plaît. En ajoutant un peu de gingembre et de citron, j’ai trouvé une marque de fabrique pour mon kvass. 

Ustensiles :

Etamine ou torchons propres • Bouteilles en plastique

Ingrédients :

4 litres  d’eau bouillante et 45ml d’eau chaude • 1 pouce de gingembre frais, pelé et coupé en fines lamelles • 15 ml de zeste de citron frais • 50 g de raisins secs • 125 ml de sucre • 750 g de pain sec ou rassis, pain de seigle ou pain noir, coupé ou émietté en petits bouts. Le pain russe « Borodinsky » produit le meilleur goût  • 1 (7g) de levure de boulangerie

Préparation :

1. Faites bouillir l’eau à gros bouillons dans une grosses marmite avec un couvercle bien hermétique

2. Disposez les bouts de pain sur une plaque et enfournez pendant 30 minutes à 180°, jusqu’à ce qu’ils durcissent. Si le pain est déjà rassis, faites cuire pendant 15 minutes seulement.

3. Enlevez l’eau bouillante du feu, ajoutez le pain, mélangez. Couvrez hermétiquement et laissez reposer pendant 5 heures.

4. Tapissez une passoire avec l’étamine ou le torchon et placez au-dessus d’un saladier. Passez le mélange de pain et eau à travers le tissu, en écrasant les miettes avec une cuiller en bois. Jetez les miettes.

5. Mélangez la levure à l’eau chaude et laissez reposer deux minutes.

6. Ajoutez la levure activée, le sucre, le zeste de citron et le gingembre au liquide, couvrez avec un torchon sec et laissez reposer 8-12 heures.

7. Passez le liquide à travers un chinois, en jetant le citron et le gingembre, transvasez dans les bouteilles en laissant de la place pour que le processus  de fermentation continue. Ajoutez une poignée de raisins secs à chaque bouteille, bouchonnez et laissez reposer encore 2-3 heures. Laissez refroidir au réfrigérateur pendant 2-3 jours avant de servir.

Priyatnogo Appetita !


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.