Fini le temps des mallettes pleines de gros billets

Un projet de loi relatif à la lutte contre la corruption rendrait obligatoire le paiement électronique pour toutes les transactions supérieures à 15 000 euros.
Crédit photo : Itar-Tass

À partir de 2014, tous les commerçants dont le chiffre d’affaires est supérieur à 1,5 millions d’euros devront permettre à leur clientèle de régler leurs achats par carte bancaire. En outre, ils devront prendre à leur charge la commission bancaire.


Le ministre des Finances Anton Silouanov avait déjà annoncé cette limitation des paiements en espèces pour les sommes dépassant les 15 000 euros. Cet encouragement des paiements par carte devrait selon lui porter un coup à l’économie souterraine, expliquait-il dans un entretien donné à la chaîne d’information Rossiya 24, une économie dont l’ampleur est due à la trop forte monétisation (la masse monétaire représente 25% en Russie, contre moins de 10% dans les pays développés).


La réduction de la circulation des espèces est une mesure qui a déjà été proposée par le président de Sberbank Guerman Gref l’année dernière au Premier ministre Vladimir Poutine 
[à l’époque, ndlr. Mais pour Ivan Oskolkov, du ministère du Développement économique, une telle initiative, sans parvenir à vaincre l’économie informelle, va créer des problèmes pour les citoyens honnêtes : « Il ne faut pas limiter, mais créer des conditions favorables au développement des services bancaires et des paiements par carte, contribuer à l’éducation financière de la population ».


D’ailleurs, ces limitations risquent de toucher gravement les concessionnaires automobiles et les agences immobilières. Le directeur de l’agence Incom Nedvijimost’, Petr Ponomarenko, met en garde contre une envolée des prix de l’immobilier car certains agents n’hésiteront pas à ajouter des frais bancaires au montant du logement. Cela risque également de compliquer les transactions dans le cadre de contrats complexes d’achat vente qui représentent 70 à 80% des contrats sur le marché secondaire. Dmitri Schoutchko, directeur associé du magasin auto Avtomir, affirme que son magasin prend en charge les frais des transactions bancaires. Pourtant, les clients qui choisissent le paiement par carte restent rares.


Ce sont avant tout les magasins d’alimentation, encore peu équipés de terminaux bancaires, qui risquent d’être les plus touchés par cette mesure. Seules les chaînes visant une clientèle aisée sont pour l’instant équipées de terminaux universels pour toutes les cartes bancaires.


Cette mesure s’appliquera également aux magasins en ligne, où la part informelle du revenu représente 70 à 80% pour un volume du marché de 8 à 8,75 milliards d’euros, note le ministère des Finances.


Par ailleurs, d’ici à 2014, les modifications apportées au Code civil fixeront la limite à 15 000 euros des paiements en liquide des marchandises ou des services pour les personnes physiques, et à 2 500 euros pour les personnes morales. Pour l’instant, aucune limitation n’existe mais le ministère des Finances cite l’exemple de la Grèce où cette limite est de 1 500 euros et de seulement 1 000 euros en Italie. Il n’exclut pas d’abaisser progressivement le plafond retenu. Un haut fonctionnaire insiste toutefois sur le fait que les limitations seront surtout valables pour les transactions entre personnes physiques et juridiques et entre simples citoyens.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.