Eco Fashion Week à Moscou

Le mouvement de protection de l'environnement en est encore à ses balbutiements en Russie, mais il se développe activement. La preuve avec l’Eco Fashion Week de Moscou, qui a eu lieu au début du mois de juin.

Crédit photos : Elena Potchetova

La première Russian Eco-Fashion Week (Semaine russe de la mode écologique) s'est déroulée du 5 au 10 juin au Jardin botanique de l'Université d'Etat de Moscou. Un lieu symbolique : le jardin a été fondé par le tsar Pierre Ier pour la culture des plantes médicinales. L’Eco Fashion Week c’est une foire, des cours de couture de vêtements, tissage tresses et de perles, avec des dégustations de thé vert et des défilés de designers « verts ». La spécificité de l’éco-mode est que le vêtement est fabriqué à partir de matières naturelles, parfois dans un style ethnique. En outre, la production est basée sur les concepts de « réutilisation », « réduction » et « recyclage ».

L'idée d'organiser une semaine de ce genre est née il y a un an et demi, en novembre 2011, lorsque le mouvement russe écologiste EKA a tenu en collaboration avec des partenaires les week-ends de l’éco-mode (EcoFashion Weekend) « Passe au vert ! », qui ont eu beaucoup de succès.

Le nouvel événement vise à former une conscience écologique en Russie. L'un de ses principaux organisateurs est EKA, qui a été créé en 2010 et qui, en deux ans, s'est implanté dans 45 régions. Chaque année, il organise des rassemblements au cours desquels des millions de bénévoles plantent de nouveaux arbres à travers le pays.

Cette année, la Semaine de l'Eco mode a constitué un projet distinct du mouvement EKA. « Nous prévoyons de développer la Semaine de l'Eco mode comme un événement annuel majeur du mouvement, mais en tant que marque distincte », explique sa directrice Marina Kokorine. « Nous avons l'intention de tenir un certain nombre d'autres événements (séminaires, conférences, mini-spectacles...) au cours de l'année, avant et après la Semaine de l'Eco mode », promet-elle.

Pendant la journée, les hôtes de l’événement ont fait des achats dans une foire à tendance environnementale, où l’on trouvait des bijoux faits à la main, divers articles en verre, des éco-chaussures et des éco-vêtements, y compris de créateurs. Par exemple, le concepteur Ekaterina Chtchoukina a montré une collection de vêtements en feutre très fin et imite la fourrure des animaux. Le feutrage de laine est la façon la plus ancienne de créer un tissu non tissé. Dans son travail, Ekaterina Chtchoukina utilise du lainage de moutons non teint et non brossé, qui n'a pas subi de processus technologique. L’Eco-fourrure, créée avec de l'eau et du savon en utilisant seulement le travail manuel, peut sauver la vie des animaux et offrir un vêtement beau et original.

Un autre concepteur, Alina Belooussova, a créé une collection originale d'accessoires en utilisant comme matériaux des pièces de vieux ordinateurs, des composants radio et des matériaux high-tech usagés. Toutes ces vieilleries ont acquis une seconde vie, et les déchets provenant de leur destruction lors du processus de combustion n'ont pas été émis dans l'atmosphère.

Mais la principale chose qu’attendaient les visiteurs, c’étaient les défilés de designers « verts ». La Russian Eco Fashion Week est le premier événement de cette ampleur. Plus de vingt designers professionnels y ont participé. Le podium a été placé dans une serre, dont heureusement les fenêtres étaient ouvertes. Les gens étaient installés sur des meules de foin, qui servaient de tabourets. A côté du podium étaient situés des paniers, où tout le monde pouvait prendre des pommes.

L'objectif principal de la Semaine de l’Eco-Mode était de créer en Russie une plate-forme unique, où les jeunes designers russes puissent présenter leur vision de l'éco-vêtement et de l'éco-mode. En outre, les organisateurs cherchent à créer en Russie une nouvelle communauté d'éco-designers et à promouvoir et vulgariser de nouvelles marques de vêtements orientées sur l'environnement.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.