Un programme « tueur » de fichiers piratés

De gauche à droite : Dmitri Chouvaev, Andreï Klimenko, Alexeï Klimenko. Crédit photo : Pressphoto

De gauche à droite : Dmitri Chouvaev, Andreï Klimenko, Alexeï Klimenko. Crédit photo : Pressphoto

Pirate Pay est un outil potentiellement révolutionnaire dans la lutte contre le piratage sur les réseaux pair-à-pair. Il a été conçu par trois jeunes informaticiens russes.

En 2009, les frères Andreï et Alexeï Klimenko et leur ami Dmitri Chouvaev ont créé un programme de gestion du partage de fichiers pour un réseau de fournisseurs de services Internet. Peu de temps après, les trois collègues âgés d’à peine plus de vingt ans ont réalisé que cette application avait des capacités inattendues mais significatives en matière de protection de la propriété intellectuelle.

Le programme empêche le partage de fichiers sur les réseaux « torrent », systèmes de partage de fichiers pair-à-pair permettant le transfert de gros volumes de données. Pour télécharger un fichier, les utilisateurs secondaires doivent connaître l’adresse IP d’un ordinateur qui possède le fichier. Chouvaev et les frères Klimenko ont justement trouvé un moyen d’empêcher ces téléchargements secondaires. « Pour transformer cette technologie en un service mondial, nous devions convaincre tours les fournisseurs Internet d’acquérir notre programme », explique Andreï Klimenko.


Les partenaires se sont rapidement rendu compte que le soutien financier nécessaire pour transformer cette technologie en une entreprise rentable ne serait pas facile à obtenir, mais leur participation à plusieurs concours a fini par payer, sous forme d’aides matérielles et de subventions. Le Microsoft Seed Financing Fund a ainsi investi 75 000 euros, alors que le Bortnik Fund a décidé d’apporter une contribution d’environ 25 500 euros. La direction du centre d’innovations Skolkovo a également accepté d’héberger l’entreprise sur son site, ce qui permettra certains avantages fiscaux ainsi que des interactions avec d’autres spécialistes.


La violation des droits d’auteur en Russie a pris des proportions gigantesques, et la communauté internationale fait pression sur le gouvernement pour qu’il sévisse. Selon différentes estimations, l’industrie du cinéma perd environ 375 millions d’euros par an à cause du piratage. En décembre 2011, le film 
« Vissotski, merci d’être en vie » est sorti dans les salles et durant le premier mois, Pirate Pay a protégé le film sur les réseaux torrent. « Près de 50 000 utilisateurs n’ont pas pu achever leur téléchargement », se félicite Andreï Klimenko.


Les représentants de l’entreprise ont révélé que les projets coûteront aux clients entre 9 000 et 37 400 euros en fonction des ressources nécessaires pour une protection efficace. Au cours des deux prochaines années, l’entreprise envisage de consolider sa place sur le marché russe et de se faire connaître au niveau international.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.